Catégorie : Sources inédites

Un contrafactum non repéré de Marguerite de Navarre

Nathanaël Weiss conclut son article sur “Paris et la Réforme sous François Ier”, (Bulletin historique et littéraire de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, 43 | 5, 1894, p. 270) en imaginant que Marguerite de Navarre, quelques instants avant de mourir, chantait son huitain “Je cherche aultant la croix et la desire” (Jonas 28162), pièce de vers que Charles Schmidt (“Le mysticisme quiétiste en France au début de la réformation sous François Ier“, Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 6 | 12, 1858, p. 456) pensait écrite “peu de temps avant sa mort”, comme invitent en...

“Qui vouldra scavoir qui je suis” : d’une énigme anonyme chantée à une farce de Marguerite de Navarre

Verdun-Léon Saulnier (“Études critiques sur les comédies profanes de Marguerite de Navarre”, BHR, vol. 9, 1947, p. 58-61) avait déjà noté la proximité de plusieurs passages de l’étonnante farce Trop, prou, peu, moins de Marguerite de Navarre (Jonas 28169) avec des proverbes populaires. Il avait également l’intuition que les dix premiers vers de la pièce “sent[ait] le coq à l’âne de proverbe”, mais sans identifier que l’incipit de la pièce était le même que celui d’une énigme composée avant 1538 et qui circulait par la musique (voir Jonas 24135). En 1538, date de la première publication imprimée connue de ce...

Un fragment de l'”Oraison à notre seigneur Jésus-Christ” de Marguerite de Navarre dans le ms. BM Dijon 121

Sous le titre “Oraison à Dieu le père”, Pierre Rézeau repère dans un livre d’heures manuscrit de la fin du XIVe siècle conservé à Dijon (BM Dijon, 121), un ajout de 19 vers datant du XVIe siècle (Répertoire d’incipit des prières françaises à la fin du Moyen Age, Genève, Droz, 1986, p. 285, notice R 514) dont il n’identifie pas l’auteur, ou en l’occurrence l’autrice. Or il s’avère que les premiers vers qu’il donne de cette prière, “Mon createur qui avez cognoissance / Devant l’heure de mon estre et naissance” sont de Marguerite de Navarre : ils ouvrent une longue...

De quelques vers grecs de Joannes Curterius (1558)

Dans la section de son article sur les manuscrits grecs qu’elle consacre en 1989 à Joannes Curterius (« Une collection de manuscrits grecs du XVIe siècle (Ex-libris : “Non quae super terram“) », Scriptorium, vol. 43, n° 1, 1989, p. 61-67) et où elle tâche de rassembler le peu que l’on sait des publications et de la vie de l’hélléniste bolognais, Annaclara Cataladi Palau omet six vers grecs parus parmi les pièces post-liminaires du Ravissement d’Orithye de Barthélemy Tagault (Paris, Wechel, 1558). Cette pièce paraît donc la plus ancienne d’auteur repérée jusqu’ici et permet d’affiner les hypothèses formulées à propos...

D’une source oubliée du “Paragon translaté d’Italien en François”

Cet ensemble de sept lettres en prose de François Ier se trouve dans le ms. de l’Arsenal 5110 sous le titre de Paragon translaté d’ytalien en françoys. P.L.R. aux f. 63 r°- 75 r°. Le texte était déjà repéré par son titre, son incipit et son explicit dans le catalogue de l’I.R.H.T. décrivant le manuscrit. Mais il n’était pas formellement attribué au roi, l’abréviation P.L.R. (par le roi) n’ayant pas été décryptée. L’auteur n’ayant pas été identifié, cette source n’était jusqu’ici référencée explicitement dans aucune des bibliographies s’intéressant à l’œuvre de François Ier. La fiche Jonas consacrée au Paragon  [http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/22926] répare cet oubli.

“Pace non trovo, et non ho do far guerra” : une traduction anonyme d’un sonnet de Pétrarque

Au f. 99 v° du ms. BN fr 12489, copié dans les années 1530, se trouve une “espitre balladée” (sic) qui constitue une traduction, a priori inédite, du sonnet 134 du Canzoniere de Pétrarque (“Pace non trovo, et non ho do far guerra“). Le texte du manuscrit ne comporte aucune ponctuation. Pour plus de clarté, nous la rétablissons dans notre transcription. Autre espitre Balladée Pays je ne treuve et n’ay dont faire guerre,                1 Dessus le ciel je volle et suys en terre, Je crains, et si j’espere, brusle et ardz, Et ung glaçon je suys...

De quelques attributions dans le ms. Brantôme (B.N. NAF 11688)

Le B.N. NAF 11688 est un recueil de poésie. Il contient des pièces de Brantôme mais aussi des textes d’autres poètes qui sont rarement identifiés dans le manuscrit. Etienne Vaucheret, qui a édité ce codex (Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, éd. Etienne Vaucheret, Paris, Nrf-Gallimard, La Pléiade, 1991), donne les attributions qu’il a pu reconstituer. Jean Brunel en a proposé une supplémentaire dans le compte-rendu qu’il a donné de cette édition (RHLF, 93e année, n° 2, 1993, p. 249-251). Nous en ajoutons ici quelques-unes.

Marguerite de Navarre, “Cruel desir nourry de trop d’honneur”

La pièce de Marguerite de Navarre “Cruel desir nourry de trop d’honneur” figure dans l’édition Richard Cooper (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, p. 461). L’unique source du XVIe siècle mentionnée est celle du ms. Arsenal 5112. La leçon du ms. B.N. fr 2334 est omise. Pourtant, le texte y figure, aux f. 16 r° et v°. Nous en notons ici la leçon.

Marguerite de Navarre, “Pourrois je bien ma foible main contraindre”

La pièce de Marguerite de Navarre “Pourrois je bien ma foible main contraindre” figure dans l’édition Richard Cooper (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, p. 422-429). Les sources mentionnées (mss. Arsenal 5112, Rothschild 2965 et Chantilly 523) omettent le ms. B.N. fr 2334. Pourtant, le texte s’y trouve bien, aux f. 99 r° – 102 r°, avec des variantes inédites, pour certaines importantes, que nous ne notons pas ici pour l’instant. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search