Notules XVI Site

De la transmission des noms de seigneurie

Dans le cadre d’une enquête sur l’identité de la destinataire d’une épître liminaire désignée par le seul nom de sa seigneurie, je me pose des questions sur les règles et usages en matière de désignation des dames dont les époux sont détenteurs de seigneurie au milieu du XVIe siècle : lorsque ce mari, qui avait lui-même hérité la seigneurie en question de sa mère, meurt et que le titre passe au fils aîné du couple, lui-même marié, la veuve continue-t-elle à être appelée par ce nom de seigneurie, ou cette désignation réfère-t-elle alors seulement à sa belle-fille ?

Qui est le seigneur de La Clayette chanté par Gilles d’Aurigny ?

[Notule de Claire Sicard] Dans un récent article, (« Ce que la bête nous dit de l’homme. L’exemple des figures équines dans Le Secret d’Amours de Michel D’Amboise (1542) et Le Tuteur d’Amour de Gilles D’Aurigny (1546) »), j’évoquais, sans encore l’identifier, le seigneur de La Clayette dont Gilles d’Aurigny fait un personnage de cavalier dans un long poème consacré à son extraordinaire cheval. Je me contentais alors de faire l’hypothèse qu’il devait s’agir d’un membre de la famille Chantemerle ou Chantemelle, implantée dans l’actuelle Saône-et-Loire (aux confins du Mâconnais et du Charolais), descendant de l’amateur de livres que Jean-Bernard de Vaivre...

Un point sur le sonnet caudé

Le sonnet caudé, également appelé sonnet caudatus, con coda ou à queue, est une structure de plus de quatorze vers attestée dans la poésie italienne du quattrocento. En particulier, Antonio Da Tempo, au début du XIVe siècle, décrit ce type de sonnet, qui est aussi parfois pratiqué par les sonnettistes français du XVIe siècle. Pourtant, trouver une définition précise de cette forme n’est pas simple, tant poètes et théoriciens se montrent vagues à ce sujet. Le sonnet caudé a ainsi pu être rapproché du madrigal ronsardien, défini comme un « sonnet [de] plus de quatorze lignes » par Rémi Belleau (cité par Georges Lote, Histoire...

Âne d’Arcadie

Amis savants, quelqu’un saurait-il identifier la source de cette histoire selon laquelle des Arcadiens auraient éventré un âne en train de boire au moment d’une éclipse de lune, parce qu’ils croyaient que c’était lui qui l’avait avalée ? Furetière la mentionne dans son Dictionnaire universel pour expliquer l’expression d’âne d’Arcadie.

D’un hermaphrodite triplement mort

Savants amis, l’histoire d’un hermaphrodite à la triple mort, tué par son propre couteau et en même temps pendu (par les pieds à l’arbre dont il tombe) et noyé (dans le cours d’eau qui passe sous les branches dudit arbre) vous évoque-t-elle quelque chose ? Dans une épigramme de Jean Paradin, la triple mort en question, mise en relation avec la triple identité masculine, féminine et neutre d’Hermaphrodite, est prédite par Phebus, Mars et Juno, chacun ayant un fragment différent de l’histoire et paraissant donc contredire les autres dans leurs prédictions mais tous ayant pourtant raison. 

Du mystérieux évêque d’Orne

Dans l’épître dédicatoire qui précède sa traduction des Preceptes nuptiaux de Plutarque autheur Grec ancien et excellent Philosophe, dédiée en 1559 à Marie Stuart, Jacques de La Tapie d’Aurillac mentionne le rôle d’intermédiaire qu’a joué “le Reverendissime Evesque d’Orne” dans l’offrande que La Tapie avait faite de ses Chants Royaux l’année précédente à la jeune reine, rôle qui contraste avec l’attitude du “larron Plaigiere”, laissé pour sa part dans un méprisant anonymat et dont la malhonnêteté le contraint désormais à mettre en lumière sa nouvelle œuvre dans des conditions toutes différentes. Pour autant, même si le bienveillant médiateur de 1558 paraît, par contraste,...

Pierre Gilbert, Toulousain, peut-il être P.G.T. ?

Dans le Tombeau de Marguerite de Valois, Royne de Navarre (Paris, Michel Fezandat et Robert Granjon, 1551), l’une des pièces liminaires, un sonnet intitulé “Aux auteurs des Epitaphes de la Royne de Navarre”, est signée par les initiales P.G.T. Cet auteur n’a pas été identifié jusqu’ici. Nous faisons l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de Pierre Gilbert, Toulousain, parfois désigné sous les noms de Gillibert, Gilibert, Gillebert ou Gilibertus. Nous savons que ce discret personnage, probablement né aux alentours de 1530, a séjourné au milieu des années 1550 à Rome et qu’il y a fréquenté Olivier de Magny et Joachim Du Bellay....

Cedren est Georgius Cedrenus

Qui est le dénommé “Cedren”, qui parle quelque part du dieu Ogmios en indiquant “qu’il tenoit trois pommes […] qui signifioient trois vertuz par luy acquises. A scavoir : Ne se point courroucer : Ne s’adonner point aux voluptez : N’estre point convoiteux d’argent” selon Claude Fauchet dans son Recueil des antiquitez Gauloises et Françoises, 1579 ?

Cette forme poétique a-t-elle un nom ?

Soit un poème composé de 4 tercets hétérométriques (7/3/7 syllabes) sur le schéma de rimes AAB’ / CCB’ / DDE’ / FFE’ ou, si l’on considère seulement la question de l’alternance entre les masculines et les féminines, MMF/MMF/MMF/MMF. Cette description correspond-elle à un genre poétique précis, cousin peut-être de la terza rima ?

Sur la piste de l’étrange monsieur de L’Estrange

Dans le courant des années 1550, Joachim Du Bellay, Olivier de Magny, Jacques Tahureau ou encore Bérenger de La Tour d’Albenas adressent certains de leurs vers à un dénommé Lestrange, dont nous savons fort peu de choses sinon, grâce aux deux derniers de ces poètes, que son prénom commençait par un C., qu’il était abbé de La Celle, protonotaire du cardinal de Guise – c’est-à-dire Louis de Lorraine, en 1554, époque de cette indication – et qu’il écrivait des vers, aujourd’hui perdus, célébrant une dénommée Carite ou Charite.     Chamard, dans une note trompeuse1, prénomme cet individu Charles. L’erreur...

“Homme ne suis” : du moustique à l’hostie

Deux énigmes anonymes circulant au XVIe siècle commencent par “Homme ne suis”. La plus ancienne, composée avant 1543 et patron manifeste de l’autre, a pour incipit “Homme ne suys, oyseau, poisson mais beste” (voir ici sa fiche Jonas). La “beste” qu’il s’agit d’identifier s’exprime à la première personne en dix-huit décasyllabes à rimes plates et on comprend assez facilement que la solution de l’énigme est le moustique. Enigme. Homme ne suys, oyseau, poysson : mais beste Sans poil, sans peau, sans pieds, bras, jambe ou teste, Entendement ny aucune raison Communéement je loge en la maison Des plus oysifz, assaillant...

Dans l’atelier lyonnais de Pierre de Tours au moment du Proces d’Ajax et d’Ulisses (1547)

En 1547, paraît à Lyon chez Pierre de Tours une traduction du Proces d’Ajax et d’Ulisses d’après le latin d’Ovide (Métamorphoses, fin du XIIe et début du XIIIe livre). La page de titre de l’ouvrage tout comme une épître liminaire en prose non signée adressée “Au lecteur” attribuent explicitement à Jacques Colin cette traduction, qui avait déjà circulé sans nom de traducteur dans de riches manuscrits de cour (ms. BnF fr 2328 et BnF fr 2329). L’auteur anonyme de cette épître liminaire annonce également une “Description des armes d’Achilles” en prose traduite du livre XVIII de L’Iliade d’Homère. Sa présence...

Pour continuer à dérouler le fil de l’œuvre de Mathieu Guinel

Dans deux notules précédentes, nous avions montré que la devise “A ung te humilie” était l’anagramme de Mathieu Guinel (voir ici) et que l’un des liminaires du livre VI de l’Amadis, signé des initiales G.M. pouvait également lui être attribué (voir là). Guillaume Berthon attire à présent notre attention sur deux épîtres, “Cuydant avoir receu, Sire, la somme” et “Ce Roy qui doit mieulx estre que Pompée”, qui ont pu être attribuées à Clément Marot (Les Œuvres de C. Marot, éd. Guiffrey, Paris, J. Schemit, 1931, t.5, p. 345-350) mais qui sont sans doute plutôt du même Guinel. De fait,...

Ulmianus : Des Ormeaux plutôt qu’Ulmo

Dans les liminaires du Printemps de l’humble esperant de Jean Le Blond (Paris, L’Angelier, 1536), on lit au f. A 2 r° un distique latin intitulé “Joannes ulmianus ad lectorem”. Selon Daniele Maira, ce “Joannes Ulmianus” devrait être identifié à “Jean d’Ulmo, homme de loi âgé alors de 56 ans”. Il précise que, le “distique en latin […] n’ajout[ant] rien de plus à l’appareil titulaire[, c]’est moins le contenu de la pièce justificative que la présence onomastique d’un homme illustre qui cautionne l’ennoblissement du volume” (Typosine, la dixième muse : formes éditoriales des canzonieri français (1544-1560), Genève, Droz, 2007, p....

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search