Catégorie : Le coin des amis

Âne d’Arcadie

Amis savants, quelqu’un saurait-il identifier la source de cette histoire selon laquelle des Arcadiens auraient éventré un âne en train de boire au moment d’une éclipse de lune, parce qu’ils croyaient que c’était lui qui l’avait avalée ? Furetière la mentionne dans son Dictionnaire universel pour expliquer l’expression d’âne d’Arcadie.

D’un hermaphrodite triplement mort

Savants amis, l’histoire d’un hermaphrodite à la triple mort, tué par son propre couteau et en même temps pendu (par les pieds à l’arbre dont il tombe) et noyé (dans le cours d’eau qui passe sous les branches dudit arbre) vous évoque-t-elle quelque chose ? Dans une épigramme de Jean Paradin, la triple mort en question, mise en relation avec la triple identité masculine, féminine et neutre d’Hermaphrodite, est prédite par Phebus, Mars et Juno, chacun ayant un fragment différent de l’histoire et paraissant donc contredire les autres dans leurs prédictions mais tous ayant pourtant raison. 

Du mari de Maria Albizzi de’ Dei

Petite question aux spécialistes de Lyon et/ou de l’Italie au milieu du XVIe siècle : je lis sous la plume de Jean Balsamo que Maria Albizzi de’ Dei est la femme de Claudio Dei, trésorier du cardinal de Tournon. Mais dans une épître que Ridolfi adresse à cette dame, il parle de son « consort, M. René » : comment comprendre cela ? Est-elle mariée à René (Renato ?) Dei et non à Claudio ? ou bien les deux prénoms désignent-ils le même homme (Claudio-Renato ?) ? ou bien consort veut-il dire autre chose que mari ? Merci pour votre aide !...

Cedren est Georgius Cedrenus

Qui est le dénommé « Cedren », qui parle quelque part du dieu Ogmios en indiquant « qu’il tenoit trois pommes […] qui signifioient trois vertuz par luy acquises. A scavoir : Ne se point courroucer : Ne s’adonner point aux voluptez : N’estre point convoiteux d’argent » selon Claude Fauchet dans son Recueil des antiquitez Gauloises et Françoises, 1579 ?

Cette forme poétique est-elle un genre ?

Soit un poème composé de 4 tercets hétérométriques (7/3/7 syllabes) sur le schéma de rimes AAB’ / CCB’ / DDE’ / FFE’ ou, si l’on considère seulement la question de l’alternance entre les masculines et les féminines, MMF/MMF/MMF/MMF. Cette description correspond-elle à un genre poétique précis, cousin peut-être de la terza rima ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search