Catégorie : Intertexte

« Tant, tant est trop, et trop n’est pas durable » ou comment suivre les vers d’autrui

Exposé du cas : un huitain attribué à F Ier est parfois un dizain, par adjonction à la fin d’un distique liminaire ailleurs : voir http://jonas.irht.cnrs.fr/consulter/oeuvre/detail_oeuvre.php?oeuvre=21498 un seizain est parfois un 18ain par adjonction du même distique liminaire, mais cette fois au début. La pièce peut être attribuée à FIer d’après Bern 148 (non repéré par Kane qui ne connaît pas ce ms., de toute façon attribution prudente) : http://jonas.irht.cnrs.fr/consulter/oeuvre/detail_oeuvre.php?oeuvre=21499 Le manuscrit de Bern est structuré de la manière suivante : Huitain / Titre (« R.F. » pour Roi de France sans doute) / Distique / Seizain (Le distique et le seizain sont agglutinés)...

D’un proverbe employé par Hubert-Philippe de Villiers (1556)

Au f. C5 r° des Lettres Amoureuses de Messer Girolam Parabosque, avec quelques autres ajoutées de nouveau à la fin : reduites de l’Italien en notre vulgaire Françoys, par Hubert Philippe de Villiers, on relève l’expression « DEBANDER l’arc ne guerit pas la plaie ». Cette maxime, mise en valeur dans l’édition anversoise de 1556 par l’usage des lettres capitales, est la traduction française du concetto du sonnet XC de Pétrarque : « Piagha per allentar d’arco non sana » qui avait déjà servi de devise à René, roi de Sicile et duc d’Anjou (1409-1480) sous la forme « Arco per lentate piaga non sana« . La traduction proposée dans...