Catégorie : Intertexte

Quand François Habert imite Marot pour s’en prendre à Jacques Godard (1549)

À la fin du recueil d’Épigrammes du Temple de Chasteté (1549), François Habert publie une épigramme satirique, qui évoque la veine de Martial aussi bien que celle de Marot. Intitulé “Comparaison des Poetes M. Grenoille et Godard”, le huitain fait d’ailleurs clairement référence au quatrain “A maistre Grenoille, poëte ignorant” de Marot (Premier livre des épigrammes, XVIII). Qu’on en juge : Habert reprend non seulement le nom de “Maistre Grenoille” mais aussi la rime en -ique, l’expression “l’art poetique” ainsi que le verbe “barbouiller” ce qui rend l’intertexte très sensible. La mention, dès l’incipit, du nom de l’auteur de l’épigramme satirique...

G.M., auteur d’un dizain dans les liminaires du livre VI de l’Amadis, est Mathieu Guinel

Dans une précédente notule, nous avions montré que c’était Mathieu Guinel qui se cachait derrière la signature tronquée “Ma G” et la devise “A un t’humilie”. Il semble non moins assuré que cet auteur, qui a donné plusieurs liminaires pour différents livres de la série des Amadis, soit également celui qui signe le dizain intitulé “A l’Homere d’Amadis” que l’on trouve en tête du livre VI dès l’édition de 1545. De fait, non seulement ces initiales correspondent bien à celles de Guinel (à condition bien sûr que nom et prénom aient été intervertis) mais, surtout, le texte ainsi signé fait clairement...

D’un proverbe employé par Hubert-Philippe de Villiers (1556)

Au f. C5 r° des Lettres Amoureuses de Messer Girolam Parabosque, avec quelques autres ajoutées de nouveau à la fin : reduites de l’Italien en notre vulgaire Françoys, par Hubert Philippe de Villiers, on relève l’expression “DEBANDER l’arc ne guerit pas la plaie”. Cette maxime, mise en valeur dans l’édition anversoise de 1556 par l’usage des lettres capitales, est la traduction française du concetto du sonnet XC de Pétrarque : “Piagha per allentar d’arco non sana” qui avait déjà servi de devise à René, roi de Sicile et duc d’Anjou (1409-1480) sous la forme “Arco per lentate piaga non sana“. La traduction proposée dans...