Catégorie : 1. Sommaire général

Âne d’Arcadie

Amis savants, quelqu’un saurait-il identifier la source de cette histoire selon laquelle des Arcadiens auraient éventré un âne en train de boire au moment d’une éclipse de lune, parce qu’ils croyaient que c’était lui qui l’avait avalée ? Furetière la mentionne dans son Dictionnaire universel pour expliquer l’expression d’âne d’Arcadie.

D’un hermaphrodite triplement mort

Savants amis, l’histoire d’un hermaphrodite à la triple mort, tué par son propre couteau et en même temps pendu (par les pieds à l’arbre dont il tombe) et noyé (dans le cours d’eau qui passe sous les branches dudit arbre) vous évoque-t-elle quelque chose ? Dans une épigramme de Jean Paradin, la triple mort en question, mise en relation avec la triple identité masculine, féminine et neutre d’Hermaphrodite, est prédite par Phebus, Mars et Juno, chacun ayant un fragment différent de l’histoire et paraissant donc contredire les autres dans leurs prédictions mais tous ayant pourtant raison. 

Du mystérieux évêque d’Orne

Dans l’épître dédicatoire qui précède sa traduction des Preceptes nuptiaux de Plutarque autheur Grec ancien et excellent Philosophe, dédiée en 1559 à Marie Stuart, Jacques de La Tapie d’Aurillac mentionne le rôle d’intermédiaire qu’a joué “le Reverendissime Evesque d’Orne” dans l’offrande que La Tapie avait faite de ses Chants Royaux l’année précédente à la jeune reine, rôle qui contraste avec l’attitude du “larron Plaigiere”, laissé pour sa part dans un méprisant anonymat et dont la malhonnêteté le contraint désormais à mettre en lumière sa nouvelle œuvre dans des conditions toutes différentes. Pour autant, même si le bienveillant médiateur de 1558 paraît, par contraste,...

Pierre Gilbert, Toulousain, peut-il être P.G.T. ?

Dans le Tombeau de Marguerite de Valois, Royne de Navarre (Paris, Michel Fezandat et Robert Granjon, 1551), l’une des pièces liminaires, un sonnet intitulé “Aux auteurs des Epitaphes de la Royne de Navarre”, est signée par les initiales P.G.T. Cet auteur n’a pas été identifié jusqu’ici. Nous faisons l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de Pierre Gilbert, Toulousain, parfois désigné sous les noms de Gillibert, Gilibert, Gillebert ou Gilibertus. Nous savons que ce discret personnage, probablement né aux alentours de 1530, a séjourné au milieu des années 1550 à Rome et qu’il y a fréquenté Olivier de Magny et Joachim Du Bellay....

Du mari de Maria Albizzi de’ Dei

Petite question aux spécialistes de Lyon et/ou de l’Italie au milieu du XVIe siècle : je lis sous la plume de Jean Balsamo que Maria Albizzi de’ Dei est la femme de Claudio Dei, trésorier du cardinal de Tournon. Mais dans une épître que Ridolfi adresse à cette dame, il parle de son “consort, M. René” : comment comprendre cela ? Est-elle mariée à René (Renato ?) Dei et non à Claudio ? ou bien les deux prénoms désignent-ils le même homme (Claudio-Renato ?) ? ou bien consort veut-il dire autre chose que mari ? Merci pour votre aide !...

Cedren est Georgius Cedrenus

Qui est le dénommé “Cedren”, qui parle quelque part du dieu Ogmios en indiquant “qu’il tenoit trois pommes […] qui signifioient trois vertuz par luy acquises. A scavoir : Ne se point courroucer : Ne s’adonner point aux voluptez : N’estre point convoiteux d’argent” selon Claude Fauchet dans son Recueil des antiquitez Gauloises et Françoises, 1579 ?

Cette forme poétique est-elle un genre ?

Soit un poème composé de 4 tercets hétérométriques (7/3/7 syllabes) sur le schéma de rimes AAB’ / CCB’ / DDE’ / FFE’ ou, si l’on considère seulement la question de l’alternance entre les masculines et les féminines, MMF/MMF/MMF/MMF. Cette description correspond-elle à un genre poétique précis, cousin peut-être de la terza rima ?

Sur la piste de l’étrange monsieur de L’Estrange

Dans le courant des années 1550, Joachim Du Bellay, Olivier de Magny, Jacques Tahureau ou encore Bérenger de La Tour d’Albenas adressent certains de leurs vers à un dénommé Lestrange, dont nous savons fort peu de choses sinon, grâce aux deux derniers de ces poètes, que son prénom commençait par un C., qu’il était abbé de La Celle, protonotaire du cardinal de Guise – c’est-à-dire Louis de Lorraine, en 1554, époque de cette indication – et qu’il écrivait des vers, aujourd’hui perdus, célébrant une dénommée Carite ou Charite.     Chamard, dans une note trompeuse1, prénomme cet individu Charles. L’erreur...

“Homme ne suis” : du moustique à l’hostie

Deux énigmes anonymes circulant au XVIe siècle commencent par “Homme ne suis”. La plus ancienne, composée avant 1543 et patron manifeste de l’autre, a pour incipit “Homme ne suys, oyseau, poisson mais beste” (voir ici sa fiche Jonas). La “beste” qu’il s’agit d’identifier s’exprime à la première personne en dix-huit décasyllabes à rimes plates et on comprend assez facilement que la solution de l’énigme est le moustique. Enigme. Homme ne suys, oyseau, poysson : mais beste Sans poil, sans peau, sans pieds, bras, jambe ou teste, Entendement ny aucune raison Communéement je loge en la maison Des plus oysifz, assaillant...

Dans l’atelier lyonnais de Pierre de Tours au moment du Proces d’Ajax et d’Ulisses (1547)

En 1547, paraît à Lyon chez Pierre de Tours une traduction du Proces d’Ajax et d’Ulisses d’après le latin d’Ovide (Métamorphoses, fin du XIIe et début du XIIIe livre). La page de titre de l’ouvrage tout comme une épître liminaire en prose non signée adressée “Au lecteur” attribuent explicitement à Jacques Colin cette traduction, qui avait déjà circulé sans nom de traducteur dans de riches manuscrits de cour (ms. BnF fr 2328 et BnF fr 2329). L’auteur anonyme de cette épître liminaire annonce également une “Description des armes d’Achilles” en prose traduite du livre XVIII de L’Iliade d’Homère. Sa présence...

Pour continuer à dérouler le fil de l’œuvre de Mathieu Guinel

Dans deux notules précédentes, nous avions montré que la devise “A ung te humilie” était l’anagramme de Mathieu Guinel (voir ici) et que l’un des liminaires du livre VI de l’Amadis, signé des initiales G.M. pouvait également lui être attribué (voir là). Guillaume Berthon attire à présent notre attention sur deux épîtres, “Cuydant avoir receu, Sire, la somme” et “Ce Roy qui doit mieulx estre que Pompée”, qui ont pu être attribuées à Clément Marot (Les Œuvres de C. Marot, éd. Guiffrey, Paris, J. Schemit, 1931, t.5, p. 345-350) mais qui sont sans doute plutôt du même Guinel. De fait,...

Ulmianus : Des Ormeaux plutôt qu’Ulmo

Dans les liminaires du Printemps de l’humble esperant de Jean Le Blond (Paris, L’Angelier, 1536), on lit au f. A 2 r° un distique latin intitulé “Joannes ulmianus ad lectorem”. Selon Daniele Maira, ce “Joannes Ulmianus” devrait être identifié à “Jean d’Ulmo, homme de loi âgé alors de 56 ans”. Il précise que, le “distique en latin […] n’ajout[ant] rien de plus à l’appareil titulaire[, c]’est moins le contenu de la pièce justificative que la présence onomastique d’un homme illustre qui cautionne l’ennoblissement du volume” (Typosine, la dixième muse : formes éditoriales des canzonieri français (1544-1560), Genève, Droz, 2007, p....

Le point sur les dames du Panegyric des damoyselles de Paris, sur les neuf muses (1545)

Cette notule propose une présentation synthétique des dames désignées au début du Panegyric des damoyselles de Paris, sur les neuf muses, lorsqu’elles ont pu être identifiées. La liste est organisée selon l’ordre du texte mais l’index alphabétique ci-dessous permet de trouver directement le nom que l’on souhaite. Les paginations indiquées renvoient à l’édition princeps (Lyon, Jean de Tournes, 1545).   Chaluot Iverny Plancy Selva   Chaufourt Mynard Rivière Vicourt   Courtin Perrigny Roger Antoinette 1) “L’une, c’est la Rivière / D’Alençon Chancelliere”, p. 3-4 → Antoinette de Cerisay, dame de la Rivière (voir cette notice généalogique et celle-ci) fille de Nicolas de Cerisay,...

Quand François Habert imite Marot pour s’en prendre à Jacques Godard (1549)

À la fin du recueil d’Épigrammes du Temple de Chasteté (1549), François Habert publie une épigramme satirique, qui évoque la veine de Martial aussi bien que celle de Marot. Intitulé “Comparaison des Poetes M. Grenoille et Godard”, le huitain fait d’ailleurs clairement référence au quatrain “A maistre Grenoille, poëte ignorant” de Marot (Premier livre des épigrammes, XVIII). Qu’on en juge : Habert reprend non seulement le nom de “Maistre Grenoille” mais aussi la rime en -ique, l’expression “l’art poetique” ainsi que le verbe “barbouiller” ce qui rend l’intertexte très sensible. La mention, dès l’incipit, du nom de l’auteur de l’épigramme satirique...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search