Auteur : pascaljoubaud

Emprunt à Ronsard dans une chanson de Chardavoine

Une des chansons du recueil de Chardavoine (Le recueil des plus belles et excellentes chansons en forme de voix de ville : tirées de divers autheurs et poëtes français, tant anciens que modernes, Paris, Micard, 1576, f. 180 r°-181 v° – consultable sur Gallica – ; rééd. Micard/Locqueneux, 1588 – voir ici) commence par “Depuis le jour que l’homicide traict / Dedans mon cœur engrava ton pourtraict”. Ces vers, légèrement modifiés, sont empruntés au premier quatrain du sonnet 88 des Amours de 1552 tel qu’il paraît dans les recueils imprimés de Ronsard jusqu’en 1578 (Ronsard, Les Amours (1552). Œuvres complètes, éd. Laumonier, t. IV, Paris, STFM, 1992 (1925), p. 88) :