Auteur : Claire Sicard

Sur les traductions françaises des Métamorphoses d’Ovide dans les années 1520-1560

Nous nous proposons ici de livrer une présentation synthétique des différentes traductions françaises des Métamorphoses d’Ovide composées et diffusées entre le milieu des années 1520 et la fin des années 1550 en agrégeant… les informations fournies par Marine Molins dans sa communication intitulée “Les traductions d’Ovide et de Virgile (1515-1580). Une politique royale” et prononcée lors des journées d’étude La représentation du couple Ovide-Virgile dans la tradition critique et littéraire, (5 et 6 nov. 2010) organisées par S. Tarantino et F. Klein (Lille III) ainsi que dans son article “Les desseins de François Habert et la situation de sa traduction...

Rien ne prouve que “Conformité de l’Amour au navigage” soit de Jacques Colin

L’abbé Goujet attribue “Conformité de l’Amour au navigage” à Jacques Colin en se fondant sur la présence du texte dans un ouvrage qui ne comporte que des œuvres écrites ou traduites par cet auteur, Le procès d’Ajax et d’Ulisses, Lyon, P. de Tours, 1547. Or la consultation de la numérisation de l’exemplaire qui en est conservé à la B.N.F., permet de constater que ce poème n’y figure pas. L’argument infondé de l’abbé Goujet est pourtant repris par Bourilly, et de ce fait l’attribution est depuis communément admise. L’erreur initiale procède peut-être d’une confusion entre Le procès d’Ajax et d’Ulysses et le recueil polygraphique...

D’une enquête anagrammatique. “A un t’humilie”, devise de Mathieu Guinel

L’auteur qui signe “A un t’humilie” est vraisemblablement Mathieu Guinel  actif au milieu des années 1530. On peut fonder cette identification sur plusieurs indices concordants fournis par une des pièces signées de cette devise, “Jeune seigneur, gentil prevost d’Oué“, qui porte au titre la mention abrégée “Ma G Ja de B.” dans le manuscrit B.N. fr 24029. Cette formule énigmatique désigne d’une part l’auteur et d’autre part le destinataire de l’épître. Si l’on accepte par ailleurs l’hypothèse de Jane H. M. Taylor selon laquelle la devise “A un t’humilie” (parfois, comme ici, “A ung te humilie”) serait l’anagramme de l’auteur, il faut observer...

D’une source oubliée du “Paragon translaté d’Italien en François”

Cet ensemble de sept lettres en prose de François Ier se trouve dans le ms. de l’Arsenal 5110 sous le titre de Paragon translaté d’ytalien en françoys. P.L.R. aux f. 63 r°- 75 r°. Le texte était déjà repéré par son titre, son incipit et son explicit dans le catalogue de l’I.R.H.T. décrivant le manuscrit. Mais il n’était pas formellement attribué au roi, l’abréviation P.L.R. (par le roi) n’ayant pas été décryptée. L’auteur n’ayant pas été identifié, cette source n’était jusqu’ici référencée explicitement dans aucune des bibliographies s’intéressant à l’œuvre de François Ier. La fiche Jonas consacrée au Paragon  [http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/22926] répare cet oubli.

Identification de M.R.R., ami de Paul Angier

Dans L’Expérience de Paul Angier, ensemble poétique de sept pièces composé dans le cadre de la Querelle des Amyes et publié (pour tout ou partie) dans les différentes éditions du recueil polygraphique du Mespris de la cour (1544 et suivantes), la pièce principale, L’Honneste amant, est suivie d’épigrammes post-liminaires. Parmi celles-ci, les deux derniers textes de l’édition princeps Galiot du Pré, 1544 forment un échange constitué d’un rondeau que Paul Angier adresse à un ami désigné par les initiales M.R.R. et d’une réponse de celui-ci, sous la forme d’un dizain, signé de la devise “Fors Dieu tout passe” (voir les deux clichés...

“Pace non trovo, et non ho do far guerra” : une traduction anonyme d’un sonnet de Pétrarque

Au f. 99 v° du ms. BN fr 12489, copié dans les années 1530, se trouve une “espitre balladée” (sic) qui constitue une traduction, a priori inédite, du sonnet 134 du Canzoniere de Pétrarque (“Pace non trovo, et non ho do far guerra“). Le texte du manuscrit ne comporte aucune ponctuation. Pour plus de clarté, nous la rétablissons dans notre transcription. Autre espitre Balladée Pays je ne treuve et n’ay dont faire guerre,                1 Dessus le ciel je volle et suys en terre, Je crains, et si j’espere, brusle et ardz, Et ung glaçon je suys...

D’un proverbe employé par Hubert-Philippe de Villiers (1556)

Au f. C5 r° des Lettres Amoureuses de Messer Girolam Parabosque, avec quelques autres ajoutées de nouveau à la fin : reduites de l’Italien en notre vulgaire Françoys, par Hubert Philippe de Villiers, on relève l’expression “DEBANDER l’arc ne guerit pas la plaie”. Cette maxime, mise en valeur dans l’édition anversoise de 1556 par l’usage des lettres capitales, est la traduction française du concetto du sonnet XC de Pétrarque : “Piagha per allentar d’arco non sana” qui avait déjà servi de devise à René, roi de Sicile et duc d’Anjou (1409-1480) sous la forme “Arco per lentate piaga non sana“. La traduction proposée dans...

De quelques attributions dans le ms. Brantôme (B.N. NAF 11688)

Le B.N. NAF 11688 est un recueil de poésie. Il contient des pièces de Brantôme mais aussi des textes d’autres poètes qui sont rarement identifiés dans le manuscrit. Etienne Vaucheret, qui a édité ce codex (Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, éd. Etienne Vaucheret, Paris, Nrf-Gallimard, La Pléiade, 1991), donne les attributions qu’il a pu reconstituer. Jean Brunel en a proposé une supplémentaire dans le compte-rendu qu’il a donné de cette édition (RHLF, 93e année, n° 2, 1993, p. 249-251). Nous en ajoutons ici quelques-unes.

Légo poétique, dans le sillage de Marguerite de Navarre

Dans son édition de la poésie chrétienne et mondaine de la reine de Navarre, Richard Cooper publie un quatrain qui commence “Elle cognoit sans vous en dire rien” – présenté comme la réponse d’un auteur non identifié à une pièce de Marguerite – ainsi qu’un neuvain, “Ignorer veult d’un visage joyeulx”, relégué dans le “Salon des refusés”  (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, respectivement p. 462 et 668). Or ces deux textes sont présentés comme une unique pièce dans le ms. B.N. fr 2334.

Marguerite de Navarre, “Cruel desir nourry de trop d’honneur”

La pièce de Marguerite de Navarre “Cruel desir nourry de trop d’honneur” figure dans l’édition Richard Cooper (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, p. 461). L’unique source du XVIe siècle mentionnée est celle du ms. Arsenal 5112. La leçon du ms. B.N. fr 2334 est omise. Pourtant, le texte y figure, aux f. 16 r° et v°. Nous en notons ici la leçon.

Marguerite de Navarre, “Pourrois je bien ma foible main contraindre”

La pièce de Marguerite de Navarre “Pourrois je bien ma foible main contraindre” figure dans l’édition Richard Cooper (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, p. 422-429). Les sources mentionnées (mss. Arsenal 5112, Rothschild 2965 et Chantilly 523) omettent le ms. B.N. fr 2334. Pourtant, le texte s’y trouve bien, aux f. 99 r° – 102 r°, avec des variantes inédites, pour certaines importantes, que nous ne notons pas ici pour l’instant. 

Maurice Scève, de huitains en dizains (2)

Le ms. B.N. fr. 1700, daté c. 1537, contient deux pièces de Maurice Scève au f. 12 r° et v°. La première se présente comme un huitain, état préparatoire du dizain 248 de La Délie (1544). La seconde est le dizain 447 de ce même recueil, avec quelques variantes. Il ne semble pas que ces deux versions primitives des textes aient été jusqu’ici relevées et commentées. 

Maurice Scève, de huitains en dizains (1)

Dans le ms. B.N. fr 2334, f. 67 r° et v°, se trouvent deux huitains de Maurice Scève, “Vulquin jaloux reprochoit à sa femme” et “L’ardant desir du hault bien desirer” qui deviendront respectivement les dizains 83 et 82 de La Délie. Il est vraisemblable qu’il s’agisse de premiers états de ces textes. 

Rémi Belleau mis en musique

Une des chansons de Rémi Belleau publiée dans le recueil de Chardavoine (Le recueil des plus belles et excellentes chansons en forme de voix de ville : tirées de divers autheurs et poëtes français, tant anciens que modernes…, Paris, Micard, 1576, f. 98r°-99v° – consultable sur Gallica – ; rééd. Micard/Locqueneux, 1588, f. 156r°-157v° – voir ici) est difficile à identifier car l’incipit de la mise en musique (“Baise moy ma douce amie”) diffère de celui du texte imprimé (“Douce et belle bouchelette”, Bergerie, 1565).