Auteur : Claire Sicard

Sur la piste de l’étrange monsieur de L’Estrange

Dans le courant des années 1550, Joachim Du Bellay, Olivier de Magny, Jacques Tahureau ou encore Bérenger de La Tour d’Albenas adressent certains de leurs vers à un dénommé Lestrange, dont nous savons fort peu de choses sinon, grâce aux deux derniers de ces poètes, que son prénom commençait par un C., qu’il était abbé de La Celle, protonotaire du cardinal de Guise – c’est-à-dire Louis de Lorraine, en 1554, époque de cette indication – et qu’il écrivait des vers, aujourd’hui perdus, célébrant une dénommée Carite ou Charite.     Chamard, dans une note trompeuse1, prénomme cet individu Charles. L’erreur...

Dans l’atelier lyonnais de Pierre de Tours au moment du Proces d’Ajax et d’Ulisses (1547)

En 1547, paraît à Lyon chez Pierre de Tours une traduction du Proces d’Ajax et d’Ulisses d’après le latin d’Ovide (Métamorphoses, fin du XIIe et début du XIIIe livre). La page de titre de l’ouvrage tout comme une épître liminaire en prose non signée adressée « Au lecteur » attribuent explicitement à Jacques Colin cette traduction, qui avait déjà circulé sans nom de traducteur dans de riches manuscrits de cour (ms. BnF fr 2328 et BnF fr 2329). L’auteur anonyme de cette épître liminaire annonce également une « Description des armes d’Achilles » en prose traduite du livre XVIII de L’Iliade d’Homère. Sa présence...

Pour continuer à dérouler le fil de l’œuvre de Mathieu Guinel

Dans deux notules précédentes, nous avions montré que la devise « A ung te humilie » était l’anagramme de Mathieu Guinel (voir ici) et que l’un des liminaires du livre VI de l’Amadis, signé des initiales G.M. pouvait également lui être attribué (voir là). Guillaume Berthon attire à présent notre attention sur deux épîtres, « Cuydant avoir receu, Sire, la somme » et « Ce Roy qui doit mieulx estre que Pompée », qui ont pu être attribuées à Clément Marot (Les Œuvres de C. Marot, éd. Guiffrey, Paris, J. Schemit, 1931, t.5, p. 345-350) mais qui sont sans doute plutôt du même Guinel. De fait,...

Ulmianus : Des Ormeaux plutôt qu’Ulmo

Dans les liminaires du Printemps de l’humble esperant de Jean Le Blond (Paris, L’Angelier, 1536), on lit au f. A 2 r° un distique latin intitulé « Joannes ulmianus ad lectorem ». Selon Daniele Maira, ce « Joannes Ulmianus » devrait être identifié à « Jean d’Ulmo, homme de loi âgé alors de 56 ans ». Il précise que, le « distique en latin […] n’ajout[ant] rien de plus à l’appareil titulaire[, c]’est moins le contenu de la pièce justificative que la présence onomastique d’un homme illustre qui cautionne l’ennoblissement du volume » (Typosine, la dixième muse : formes éditoriales des canzonieri français (1544-1560), Genève, Droz, 2007, p....

Le point sur les dames du Panegyric des damoyselles de Paris, sur les neuf muses (1545)

Cette notule propose une présentation synthétique des dames désignées au début du Panegyric des damoyselles de Paris, sur les neuf muses, lorsqu’elles ont pu être identifiées. La liste est organisée selon l’ordre du texte mais l’index alphabétique ci-dessous permet de trouver directement le nom que l’on souhaite. Les paginations indiquées renvoient à l’édition princeps (Lyon, Jean de Tournes, 1545).   Chaluot Iverny Plancy Selva   Chaufourt Mynard Rivière Vicourt   Courtin Perrigny Roger Antoinette 1) « L’une, c’est la Rivière / D’Alençon Chancelliere », p. 3-4 → Antoinette de Cerisay, dame de la Rivière (voir cette notice généalogique et celle-ci) fille de Nicolas de Cerisay,...

Quand François Habert imite Marot pour s’en prendre à Jacques Godard (1549)

À la fin du recueil d’Épigrammes du Temple de Chasteté (1549), François Habert publie une épigramme satirique, qui évoque la veine de Martial aussi bien que celle de Marot. Intitulé « Comparaison des Poetes M. Grenoille et Godard », le huitain fait d’ailleurs clairement référence au quatrain « A maistre Grenoille, poëte ignorant » de Marot (Premier livre des épigrammes, XVIII). Qu’on en juge : Habert reprend non seulement le nom de « Maistre Grenoille » mais aussi la rime en -ique, l’expression « l’art poetique » ainsi que le verbe « barbouiller » ce qui rend l’intertexte très sensible. La mention, dès l’incipit, du nom de l’auteur de l’épigramme satirique...

G.M., auteur d’un dizain dans les liminaires du livre VI de l’Amadis, est Mathieu Guinel

Dans une précédente notule, nous avions montré que c’était Mathieu Guinel qui se cachait derrière la signature tronquée « Ma G » et la devise « A un t’humilie ». Il semble non moins assuré que cet auteur, qui a donné plusieurs liminaires pour différents livres de la série des Amadis, soit également celui qui signe le dizain intitulé « A l’Homere d’Amadis » que l’on trouve en tête du livre VI dès l’édition de 1545. De fait, non seulement ces initiales correspondent bien à celles de Guinel (à condition bien sûr que nom et prénom aient été intervertis) mais, surtout, le texte ainsi signé fait clairement...

Nicolas de Herberay, seigneur des Essars (« Hors de cela bien yra »), ami et protecteur de Gilles Boileau de Bouillon

Gilles Boileau de Bouillon, traducteur en français en 1551 de l’Amadis, livre IX, fait l’objet d’une sévère remise en question lors de la réédition de cet ouvrage en 1553. On reproche à ce sujet du Saint-Empire romain germanique d’avoir produit un texte français indigent qui aurait nécessité un profond remaniement par Claude Colet. Michel Simonin a bien montré1 que les différences d’une édition à une autre ne sont pas si importantes qu’elles justifient cette indignation. Assurément, Colet n’a pas retravaillé le texte autant qu’il le prétend. Les raisons pour lesquelles Boileau de Bouillon est vivement pris à parti sont apparemment...

Sur les traductions françaises des Métamorphoses d’Ovide dans les années 1520-1560

Nous nous proposons ici de livrer une présentation synthétique des différentes traductions françaises des Métamorphoses d’Ovide composées et diffusées entre le milieu des années 1520 et la fin des années 1550 en agrégeant… les informations fournies par Marine Molins dans sa communication intitulée « Les traductions d’Ovide et de Virgile (1515-1580). Une politique royale » et prononcée lors des journées d’étude La représentation du couple Ovide-Virgile dans la tradition critique et littéraire, (5 et 6 nov. 2010) organisées par S. Tarantino et F. Klein (Lille III) ainsi que dans son article « Les desseins de François Habert et la situation de sa traduction...

Rien ne prouve que « Conformité de l’Amour au navigage » soit de Jacques Colin

L’abbé Goujet attribue « Conformité de l’Amour au navigage » à Jacques Colin en se fondant sur la présence du texte dans un ouvrage qui ne comporte que des œuvres écrites ou traduites par cet auteur, Le procès d’Ajax et d’Ulisses, Lyon, P. de Tours, 1547. Or la consultation de la numérisation de l’exemplaire qui en est conservé à la B.N.F., permet de constater que ce poème n’y figure pas. L’argument infondé de l’abbé Goujet est pourtant repris par Bourilly, et de ce fait l’attribution est depuis communément admise. L’erreur initiale procède peut-être d’une confusion entre Le procès d’Ajax et d’Ulysses et le recueil polygraphique...

D’une enquête anagrammatique. « A un t’humilie », devise de Mathieu Guinel

L’auteur qui signe « A un t’humilie » est vraisemblablement Mathieu Guinel  actif au milieu des années 1530. On peut fonder cette identification sur plusieurs indices concordants fournis par une des pièces signées de cette devise, « Jeune seigneur, gentil prevost d’Oué« , qui porte au titre la mention abrégée « Ma G Ja de B. » dans le manuscrit B.N. fr 24029. Cette formule énigmatique désigne d’une part l’auteur et d’autre part le destinataire de l’épître. Si l’on accepte par ailleurs l’hypothèse de Jane H. M. Taylor selon laquelle la devise « A un t’humilie » (parfois, comme ici, « A ung te humilie ») serait l’anagramme de l’auteur, il faut observer...

D’une source oubliée du « Paragon translaté d’Italien en François »

Cet ensemble de sept lettres en prose de François Ier se trouve dans le ms. de l’Arsenal 5110 sous le titre de Paragon translaté d’ytalien en françoys. P.L.R. aux f. 63 r°- 75 r°. Le texte était déjà repéré par son titre, son incipit et son explicit dans le catalogue de l’I.R.H.T. décrivant le manuscrit. Mais il n’était pas formellement attribué au roi, l’abréviation P.L.R. (par le roi) n’ayant pas été décryptée. L’auteur n’ayant pas été identifié, cette source n’était jusqu’ici référencée explicitement dans aucune des bibliographies s’intéressant à l’œuvre de François Ier. La fiche Jonas consacrée au Paragon  [http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/22926] répare cet oubli.

Identification de M.R.R., ami de Paul Angier

Dans L’Expérience de Paul Angier, ensemble poétique de sept pièces composé dans le cadre de la Querelle des Amyes et publié (pour tout ou partie) dans les différentes éditions du recueil polygraphique du Mespris de la cour (1544 et suivantes), la pièce principale, L’Honneste amant, est suivie d’épigrammes post-liminaires. Parmi celles-ci, les deux derniers textes de l’édition princeps Galiot du Pré, 1544 forment un échange constitué d’un rondeau que Paul Angier adresse à un ami désigné par les initiales M.R.R. et d’une réponse de celui-ci, sous la forme d’un dizain, signé de la devise « Fors Dieu tout passe » (voir les deux clichés...

« Pace non trovo, et non ho do far guerra » : une traduction anonyme d’un sonnet de Pétrarque

Au f. 99 v° du ms. BN fr 12489, copié dans les années 1530, se trouve une « espitre balladée » (sic) qui constitue une traduction, a priori inédite, du sonnet 134 du Canzoniere de Pétrarque (« Pace non trovo, et non ho do far guerra« ). Le texte du manuscrit ne comporte aucune ponctuation. Pour plus de clarté, nous la rétablissons dans notre transcription. Autre espitre Balladée Pays je ne treuve et n’ay dont faire guerre,                1 Dessus le ciel je volle et suys en terre, Je crains, et si j’espere, brusle et ardz, Et ung glaçon je suys...

D’un proverbe employé par Hubert-Philippe de Villiers (1556)

Au f. C5 r° des Lettres Amoureuses de Messer Girolam Parabosque, avec quelques autres ajoutées de nouveau à la fin : reduites de l’Italien en notre vulgaire Françoys, par Hubert Philippe de Villiers, on relève l’expression « DEBANDER l’arc ne guerit pas la plaie ». Cette maxime, mise en valeur dans l’édition anversoise de 1556 par l’usage des lettres capitales, est la traduction française du concetto du sonnet XC de Pétrarque : « Piagha per allentar d’arco non sana » qui avait déjà servi de devise à René, roi de Sicile et duc d’Anjou (1409-1480) sous la forme « Arco per lentate piaga non sana« . La traduction proposée dans...