De la transmission des noms de seigneurie

Dans le cadre d’une enquête sur l’identité de la destinataire d’une épître liminaire désignée par le seul nom de sa seigneurie, je me pose des questions sur les règles et usages en matière de désignation des dames dont les époux sont détenteurs de seigneurie au milieu du XVIe siècle : lorsque ce mari, qui avait lui-même hérité la seigneurie en question de sa mère, meurt et que le titre passe au fils aîné du couple, lui-même marié, la veuve continue-t-elle à être appelée par ce nom de seigneurie, ou cette désignation réfère-t-elle alors seulement à sa belle-fille ? Y a t-il en la matière des pratiques rigoureuses ou au contraire flottantes ? Observe-t-on des différences régionales et/ou sociales (en fonction par exemple du niveau de noblesse de ces familles) en la matière ? Y a-t-il une différence claire entre la “dame” et la “demoiselle” d’un même lieu ou les deux termes peuvent-ils indifféremment désigner la même personne ?

Autant de questions pour lesquelles l’aide d’historiens au fait de ces questions serait particulièrement bienvenue, en commentaire du présent article ou en réponse à ce fil Twitter.



Citer ce billet
Claire Sicard (2022, 29 juillet). De la transmission des noms de seigneurie. Notules XVI. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sfp6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search