Qui est le seigneur de La Clayette chanté par Gilles d’Aurigny ?

[Notule de Claire Sicard]

Dans un récent article, (« Ce que la bête nous dit de l’homme. L’exemple des figures équines dans Le Secret d’Amours de Michel D’Amboise (1542) et Le Tuteur d’Amour de Gilles D’Aurigny (1546) »), j’évoquais, sans encore l’identifier, le seigneur de La Clayette dont Gilles d’Aurigny fait un personnage de cavalier dans un long poème consacré à son extraordinaire cheval.

Gilles d’Aurigny, début de l’élégie du cheval de Monsieur de La Clayette, f. 56 v°, Le Tuteur d’Amour, Paris, A. L’Angelier, 1546 [source BnF].

Je me contentais alors de faire l’hypothèse qu’il devait s’agir d’un membre de la famille Chantemerle ou Chantemelle, implantée dans l’actuelle Saône-et-Loire (aux confins du Mâconnais et du Charolais), descendant de l’amateur de livres que Jean-Bernard de Vaivre a étudié dans son article “Un bibliophile bourguignon au début du XVe siècle : Louis de Chantemerle, seigneur de La Clayette et ses manuscrits”. De nouvelles recherches me permettent aujourd’hui de confirmer cette hypothèse et d’identifier plus précisément le membre de cette famille dont parle le poète. Rouvrons donc le dossier.


On pourrait d’abord penser qu’au moment de la publication princeps du Tuteur d’Amour, en 1546, c’est Humbert de Chantemerle, toujours vivant, qui porte encore les titres de seigneur de La Clayette et de Montpresentain sous lesquels on le trouve désigné jusqu’en septembre 1545 inclus.

Humbert de Chantemerle ?

Qui est ce notable d’origine bourguignonne ? On a pu dire qu’il avait participé aux campagnes d’Italie. Mais il est vraisemblable que Pierre d’Hozier, qui l’affirme, le confonde en réalité avec son demi-frère Marc. C’est en effet ce dernier qui sert en 1510 dans la compagnie de Ravastin, où il est appelé “bastard de La Clayette” (notice 428). Ce dont plusieurs actes nous assurent en revanche (17 février 1540 ; 20 avril 1542 ; 5 septembre 1545), c’est que le fils légitime d’Hugues de Chantemerle qu’est Humbert occupe, dans la première moitié des années 1540, les fonctions moins belliqueuses de conseiller et de maître d’hôtel ordinaire de François Ier.

Les dates de naissances et de baptême des enfants qu’il a d’Anne le Loup, dite de Bellenave, s’échelonnent du 27 octobre 1518 au 17 février 1536 (notice 4163). Si l’on sait sa femme encore en vie le 3 septembre 1574 (dossier 210), le dernier acte dans lequel Humbert apparaît vivant dont nous ayons connaissance date d’avril 1548 (boîte 24, n°24). C’est entre ce moment et 1566 (p. 171, colonne 2) qu’il meurt.

Au moment où Gilles d’Aurigny célèbre le cheval de monsieur de La Clayette, Humbert de Chantemerle, né selon toute vraisemblance dans le dernier quart du XVe siècle, a donc au moins quarante-cinq ans, peut-être bien davantage. Il peut paraître un peu âgé pour être représenté, comme il l’est dans le texte, en voltigeur amoureux.

On peut ainsi se demander s’il n’y aurait pas un meilleur candidat à ce rôle qui pourrait être appelé monsieur ou seigneur de la Clayette. Il n’est pas envisageable qu’ait été ainsi désigné le bâtard de La Clayette, de toutes façons mort avant octobre 1527. Mais il faut en revanche sérieusement envisager que le titre de La Clayette ait pu être transmis par Humbert à son fils aîné ante mortem.

Plutôt Marc de Chantemerle (le jeune)

De fait, c’est ce que semble bien indiquer l’acte de 1548 déjà mentionné (boîte 24, n°24) où “Humbert de Chantemerle père” paraît n’être désigné que sous son seul patronyme, tandis que son fils, prénommé comme son oncle illégitime mais illustre, y est déjà appelé “Marc de La Clayette”. On peut donc faire l’hypothèse que ce transfert a pu s’effectuer quelques années plus tôt, en 1546 au plus tard, peut-être à la faveur du mariage de ce second Marc avec Cécile de Boucart et que c’est de lui, plutôt que de Humbert, que parle Gilles d’Aurigny.

Cette hypothèse est corroborée par le fait que, dès 1542, Marc est présenté comme “écuyer”, “écuyer tranchant” ou “homme d’armes du roi, sous la charge de Monsieur d’Orléans” ce qui paraît plus cohérent avec le rôle équestre dans lequel Gilles d’Aurigny représente son seigneur de La Clayette. Dans le scenario, plus plausible où le jeune homme serait bien le cavalier évoqué dans le poème, il faut donc nous représenter ce personnage comme un cavalier expérimenté mais dans la force de l’âge (il est né au plus tôt fin 1518, et donc âgé de moins de trente ans), sans doute sur le point de se marier. Mis en péril par un cheval en rut, blessé, il est sauvé par sa propre monture qui vaut bien un Bucéphale. La valeur de ce cheval, si elle force l’admiration de Gilles d’Aurigny, ne saurait pourtant étonner : la ville de La Clayette porte aujourd’hui encore un cheval cabré sur son blason et l’élevage de chevaux est une tradition locale – qui paraît donc déjà bien attestée et renommée dans la première moitié du XVIe siècle.

Blason de la ville de La Clayette – De gueules au cheval sellé et cabré d’argent ; au chef d’azur chargé du château du lieu entouré d’arbres le tout d’argent terrassé du même [Source : Wikipédia]


L’élégie de Gilles d’Aurigny nous révèle donc une anecdote oubliée de la vie de l’écuyer Marc de Chantemerle. En retour, le fait que nous sachions que celui-ci s’est justement marié en 1546 nous engage à penser que la “monstre” où il paradait devant sa belle et où il a été blessé a pu être organisée pour cette occasion. Ainsi, la composition de cette pièce de circonstances n’a dû précèder que de peu la publication princeps du recueil.


Ajout du 2 novembre 2023 : Dans L’Esperon de discipline (princeps, 1532), Antoine Du Saix adresse une pièce à un autre La Clayette, prénommé Philippe, qui semble bien être le frère de Humbert, le demi-frère de Marc, bâtard de La Clayette et l’oncle de Marc le jeune, seigneur de La Clayette. Puisqu’Antoine Du Saix le désigne aussi sous ce nom de La Clayette (alors même qu’il ne semble pas en avoir détenu la seigneurie)  et qu’il est “coronal de chevalerie” on pourrait penser qu’il est également un bon candidat à l’identification du personnage mentionné par Gilles d’Aurigny. Toutefois, comme ses frères, il est sans doute un peu trop âgé – tout au moins si la pièce relate bien un événement proche de la date de publication du Tuteur d’amour. Par ailleurs, alors qu’Aurigny mentionne explicitement un “seigneur de la Clayette”, Du Saix nomme son destinataire “Philippe de La Clayette”, “seigneur de Vougy”. On peut penser – mais cela resterait à confirmer par des historiens spécialistes des modes de transmission des noms – que celui de La Clayette était en usage possible pour les Chantemerle, qu’ils soient d’ailleurs enfants légitimes ou non, même si le titre associé à la seigneurie au sens strict ne passait que d’aîné en aîné – en l’espèce de Humbert à Marc le jeune.




Citer ce billet
Claire Sicard (2022, 28 juillet). Qui est le seigneur de La Clayette chanté par Gilles d’Aurigny ? Notules XVI. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sfp5

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search