Marguerite de Navarre, « Cruel desir nourry de trop d’honneur »

La pièce de Marguerite de Navarre “Cruel desir nourry de trop d’honneur” figure dans l’édition Richard Cooper (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, p. 461). L’unique source du XVIe siècle mentionnée est celle du ms. Arsenal 5112. La leçon du ms. B.N. fr 2334 est omise. Pourtant, le texte y figure, aux f. 16 r° et v°. Nous en notons ici la leçon.

La ponctuation est introduite. Les variantes textuelles par rapport à la leçon retenue par Cooper sont indiquées en gras.

Cruel desir, nourry de trop d’honneur
Qui n’espargnez ny mon corps ny mon ame,
Voiant sans fin qu’extreme craincte et peur
En la couvrant augmentent vostre flamme ?
Arrestez vous à quelque honneste femme :
Mais vueillez la de tel estat choisir,
Que bien compter luy puissiez à loisir
Vostre vouloir, ou bien tost soubz la lasme
Vous vous verrez sans avoir eu plaisir
Ne nul espoir ne bien, hors le desir
De trop aymer et pour servir ma dame.

Notons que Richard Cooper corrige en deux endroits la leçon, manifestement fautive, de sa source. Au v. 4, il remplace « augmentant » par « augmentent », ce qui correspond à la leçon du ms. B.N. fr 2334. Au v. 8, il substitue « bien dessoubz la lame » à « bien subit la lame ». Dans le B.N. fr 2334, l’idée est bien la même que celle rétablie par Cooper : « bien tost soubz la lame ».


Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Marguerite de Navarre, « Cruel desir nourry de trop d’honneur » », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 14 mai 2015, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/84.