Un point sur le sonnet caudé

Le sonnet caudé, également appelé sonnet caudatus, con coda ou à queue, est une structure de plus de quatorze vers attestée dans la poésie italienne du quattrocento. En particulier, Antonio Da Tempo, au début du XIVe siècle, décrit ce type de sonnet, qui est aussi parfois pratiqué par les sonnettistes français du XVIsiècle. Pourtant, trouver une définition précise de cette forme n’est pas simple, tant poètes et théoriciens se montrent vagues à ce sujet.

Le sonnet caudé a ainsi pu être rapproché du madrigal ronsardien, défini comme un « sonnet [de] plus de quatorze lignes » par Rémi Belleau (cité par Georges Lote, Histoire du vers français, p. 66-67) ou, à peine plus précisément, par Pierre de Laudun d’Aigaliers dans son Art poétique de 1597, comme un « sonnet de seize carmes ou de quatre quatrains […] inventé pour mettre en seize ou quinze vers ce qu’on ne pouvoit mettre en quatorze ». Il est parfois assimilé au sonnet estrambot, qui compte strictement deux quatrains et trois tercets, par exemple par Max Jasinski, qui établit une distinction entre « les sonnets « caudati » (14+3), « duplices » (20 et plus), « retornellati » (15 ou 16) » (Histoire du sonnet en France, p. 31). Pour Louis de Veyrières, qui prend le parti de faire du sonnet double une sous-catégorie du sonnet à queue, ce dernier « n’est autre chose […] qu’un sonnet ordinaire auquel, pour le moins, on ajoute un troisième tercet [ou qui a] au moins deux ou trois vers supplémentaires » (Monographie du sonnet : sonnettistes anciens et modernes, 1869, p. 58 et 59. Nous soulignons). Si Jean Dubu, dans son article « Le sonetto caudato de Michel-Ange à Milton », distingue pour sa part le sonnet caudé du sonnet double ou encore d’une structure en trois quatrains et deux tercets attestée chez Belleau, il ne met pas davantage au jour ce qui pourrait définir, comme forme spécifique et reconnaissable, le sonnet à queue.

C’est peut-être vers Jacques Roubaud, en même temps que vers Antonio Alamanni, qu’il convient de se tourner pour tâcher d’y voir un peu plus clair. Le premier propose en effet une définition qui correspond à ce que le second met en pratique dans ses sonnets caudés imités d’Il Burchiello1 : « Le premier vers du tercet de supplément […] s’accroche au corps du sonnet par la reprise de la dernière rime […] et marque son caractère adventice en étant plus court » (Poésie : récit, p. 464). L’opération peut être renouvelée, chaque anneau s’articulant selon le même principe de « liaison capcauda » (idem) au précédent, au point que « le quatorzain initial [peut finir] par n’être plus qu’une toute petite tête traînant un corps interminable » (p. 465).

Pour résumer, on peut considérer que la queue d’un sonnet caudé est toujours constituée soit d’un ou deux vers isolés, soit (plutôt) d’un ou de plusieurs tercets, isométriques ou hétérométriques selon les cas.


Note

1 Antonio Alamanni, Sonneti alla burchiellesca, Sienne, Giovanni di Alisandro, 1520. De cette édition, il ne reste qu’un unicum, conservé à Sienne. Mais on retrouve ce recueil dans une réédition de 1552 (consultable ici). 


Bibliographie indicative sur la question



Citer ce billet
Claire Sicard (2022, 17 juin). Un point sur le sonnet caudé. Notules XVI. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sfp4

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search