D’un hermaphrodite triplement mort

Savants amis, l’histoire d’un hermaphrodite à la triple mort, tué par son propre couteau et en même temps pendu (par les pieds à l’arbre dont il tombe) et noyé (dans le cours d’eau qui passe sous les branches dudit arbre) vous évoque-t-elle quelque chose ? Dans une épigramme de Jean Paradin, la triple mort en question, mise en relation avec la triple identité masculine, féminine et neutre d’Hermaphrodite, est prédite par Phebus, Mars et Juno, chacun ayant un fragment différent de l’histoire et paraissant donc contredire les autres dans leurs prédictions mais tous ayant pourtant raison. 


Les réponses

Sylvie Laigneau-Fontaine nous apprend que l’on trouve un récit similaire dans “l’épigramme grecque LVI de Politien (éd. Pontani, p. 234), qui dit s’inspirer lui-même de l’épigramme latine de Pulce de Constanza (XIVe s.), Poetae Latini Minores, IV, 127 = Anthologie Latine, I, 786. […] Nicolas Bourbon, dont [Sylvie Laigneau-Fontaine a] édité les Nugae de 1533, imite [lui aussi] cette pièce.

Corinne Noirot indique que Jean de La Taille, dans une épigramme plus tardive, reprend lui aussi ce récit, dans un contexte cette fois plus polémique, lié aux guerres civiles et peut-être à la mort de Coligny.

Corinne Pierreville précise que “La triple mort est un motif qui apparaît également dans le roman de Merlin en prose (début du XIIIe siècle). À un baron envieux et arrogant qui met à l’épreuve le don de clairvoyance de Merlin en se présentant à lui sous trois déguisements différents, Merlin annonce trois morts différentes : il se rompra le cou, il mourra noyé, il mourra pendu. Quelque temps plus tard, la prédiction se réalise : le baron tombe de cheval et se rompt le cou, mais comme il traversait un pont et que son pied reste pris dans l’étrier, il reste aussi pendu tandis que le haut de son corps bascule dans l’eau”.

Guillaume Berthon indique également, pour sa part qu’on trouve dans le ms. BNF fr. 4967, f. 220 r° une traduction qui commence “Ma mere enceincte alla vers Mars le fort” et qui reprend le même récit.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search