Du mystérieux évêque d’Orne

Dans l’épître dédicatoire qui précède sa traduction des Preceptes nuptiaux de Plutarque autheur Grec ancien et excellent Philosophe, dédiée en 1559 à Marie Stuart, Jacques de La Tapie d’Aurillac mentionne le rôle d’intermédiaire qu’a joué « le Reverendissime Evesque d’Orne » dans l’offrande que La Tapie avait faite de ses Chants Royaux l’année précédente à la jeune reine, rôle qui contraste avec l’attitude du « larron Plaigiere », laissé pour sa part dans un méprisant anonymat et dont la malhonnêteté le contraint désormais à mettre en lumière sa nouvelle œuvre dans des conditions toutes différentes.

Pour autant, même si le bienveillant médiateur de 1558 paraît, par contraste, explicitement désigné, les termes même de sa caractérisation ne laissent pas d’être trompeurs : on croit d’abord y reconnaître une référence au territoire français de l’Orne, en Normandie. Toutefois, s’il y a bien là un évêque de Sées – à cette époque Pierre Du Val, lettré et introduit à la cour – et qu’à des périodes ultérieures cet évêché a pu être également appelé évêché de l’Orne, il ne semble pas, comme Audrey Duru a d’ailleurs bien voulu nous le confirmer1, que Pierre Du Val, ait jamais été désigné par ses contemporains sous le nom d’évêque d’Orne. Et, de fait, si la rivière de l’Orne porte déjà ce nom au XVIe siècle, ce n’est en revanche qu’au moment de la Révolution française que le territoire, devenu département, prend cette appellation officielle, toujours en usage et également adoptée par les autorités ecclésiastiques.

C’est finalement l’examen des pièces latines post-liminaires des Chants royaux de 1558 qui permet d’identifier ce mystérieux évêque et d’écarter la fausse piste normande pour faire émerger une bien plus satisfaisante piste écossaise.

Jacques de La Tapie (I. Tapianus), Chantz Royaulx sur les triumphes du mariage de monsieur le Daulphin, et de la Royne d’Escosse, Paris, Olivier de Harsy, 1558, f. Diij v° [Source British Library].

Le texte est en effet adressé à Robert Reid, évêque des Orcades ou, en anglais, Bishop of Orkney, qui faisait partie de la délégation écossaise présente en France au moment des noces de Marie avec le dauphin, futur François II et qui mourut quelques mois après ce mariage et le don du livre de Jacques de La Tapie, sur le chemin du retour, à Dieppe le 6 septembre 1558. Il est vraisemblable que le nom d’évêque d’Orne soit le résultat d’une francisation approximative du nom d’Orkney et que ce soit bien ce prélat-ambassadeur qui ait joué les médiateurs et les passeurs de textes entre Jacques de La Tapie et la reine d’Ecosse, dauphine de France. Il est sans doute déjà mort au moment où La Tapie rédige l’épître dédicatoire des Préceptes nuptiaux mais rien ne permet de penser que l’auteur ait été alors au courant de ce décès. Il est bien possible que, malgré cette aimable intervention, assez courante dans les relations de cour, les liens entre les deux hommes n’aient pas été très étroits.


Notes

1. Audrey Duru est l’auteur d’un article consacré à ce personnage : « Une signature de poète  : “Pierre Du Val, évêque de Sées” (vers 1507-1564) », Seizième Siècle, nᵒ 11, 2015, p. 135‑150. Nous la remercions d’avoir accepté de nous apporter son éclairage dans cette petite enquête.


Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Du mystérieux évêque d’Orne », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 4 janvier 2021, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/739.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search