Marguerite de Navarre, “Pourrois je bien ma foible main contraindre”

La pièce de Marguerite de Navarre “Pourrois je bien ma foible main contraindre” figure dans l’édition Richard Cooper (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, p. 422-429). Les sources mentionnées (mss. Arsenal 5112, Rothschild 2965 et Chantilly 523) omettent le ms. B.N. fr 2334. Pourtant, le texte s’y trouve bien, aux f. 99 r° – 102 r°, avec des variantes inédites, pour certaines importantes, que nous ne notons pas ici pour l’instant. 

Dans ce codex, on note par ailleurs que le poème de 175 vers est présenté non pas comme une unité, mais plutôt comme s’il s’agissait de quatre pièces différentes et successives dont les incipit seraient respectivement :

  • “Pourrois je bien ma foible main contraindre” ;
  • “Je me tayray car me sens surmonté” (= v. 53) ;
  • “O vraye amour quelle est ton ordonnance” (= v. 101) ;
  • “Celle qui est de moy tant amoureuse” (= v. 129).

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Marguerite de Navarre, “Pourrois je bien ma foible main contraindre” », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 10 mai 2015, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/73.