Pierre Gilbert, Toulousain, peut-il être P.G.T. ?

Dans le Tombeau de Marguerite de Valois, Royne de Navarre (Paris, Michel Fezandat et Robert Granjon, 1551), l’une des pièces liminaires, un sonnet intitulé « Aux auteurs des Epitaphes de la Royne de Navarre », est signée par les initiales P.G.T.

Cet auteur n’a pas été identifié jusqu’ici. Nous faisons l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de Pierre Gilbert, Toulousain, parfois désigné sous les noms de Gillibert, Gilibert, Gillebert ou Gilibertus.


Pierre de Sapet, Les Enthousiasmes, ou Eprises amoreuses, Paris, J. Dallier, 1556, f. A vi v° [Source : Gallica].

Nous savons que ce discret personnage, probablement né aux alentours de 1530, a séjourné au milieu des années 1550 à Rome et qu’il y a fréquenté Olivier de Magny et Joachim Du Bellay. En 1556, Pierre de Sapet le décrit comme un « gentilhome Tholozain exquisement docte, et versé en tout genre de sçavoir, » (Les Enthousiasmes, ou Eprises amoreuses, Paris, J. Dallier, 1556, f. A vi v°). Il signale sa correspondance lettrée avec Pierre Paschal dans laquelle Pierre Gilbert semble présenter des réflexions sur des questions chères aux jeunes poètes de son temps.

Les deux pièces latines signées « Petrus Gillibertus » et le « Sonet du mesme Gilibert » offerts à Sapet et qui figurent dans les liminaires de ce même ouvrage sont considérés jusqu’ici comme les plus anciennes publications connues de ce jeune homme, célébré par ses amis comme un espoir littéraire.

De fait, il semble peu vraisemblable qu’il soit aussi l’auteur de l’épigramme, publiée par son quasi homonyme « Pierre Gilabert », également toulousain, dans le recueil des Œuvres dictees par Jehan Rus, Bourdeloys, paru à Toulouse en 1543. Mais il s’agit peut-être là de l’œuvre de l’un de ses parents, de son père même, également prénommé Pierre, car l’on ne peut a priori exclure que cette graphie proche ne puisse pas, comme les autres approximations connues de son nom, référer au même patronyme.

Toutefois de la « docte et coulante ryme » de notre Pierre Gilbert, saluée par Olivier de Magny dans l’un des deux sonnets qu’il lui adresse (sonnet 141 faussement numéroté 142 des Soupirs, 1557 et Sonnet 160 du même recueil), il ne nous reste que peu de choses avérées. On relève l’existence d’un sonnet à Magny, qui commence « Six et six fois sans plus Hercule a esprouvée » ou encore d’un long poème en décasyllabes intitulé « La Contre-repentie du mesme Gillebert » réponse à « La Courtisanne repentie du latin de P. de Gilbert » que Du Bellay traduit et publie (avec la réponse de l’auteur original) dans ses Divers Jeux rustiques (Paris, Morel, 1560).

Après la mort de Magny et de Du Bellay, Pierre Gilbert mène une carrière de magistrat à Grenoble : il est nommé conseiller au Parlement de cette ville en août 1568. En 1572, il suit en Pologne l’ambassadeur Jean de Monluc et il compose en l’honneur de ce protecteur un poème latin ainsi qu’un texte en prose latine – en collaboration cette fois avec son confrère Laurent Rabot – pièces qui célèbrent la ville de Valence dont Jean de Monluc était par ailleurs l’évêque. Ces deux compositions apparemment tardives sont restées manuscrites (BNF fr 209), tout comme l’épitaphe latine composée par Gilbert à l’occasion de la mort de l’amiral de Coligny. Pierre Gilbert semble être en outre resté en contact épistolaire avec Marc-Antoine de Muret : dans la correspondance de celui-ci on trouve une lettre datée de Grenoble, le 22 octobre 1575 et signée P. Gilbertus Mallocius, Pierre Gilbert étant également « seigneur de Malloc » depuis 1568. Il meurt entre mars 1578, date de son mariage avec Françoise Rey, et le 5 juin 1587, date à laquelle celle-ci est présentée comme veuve.


Si l’on s’appuie sur ces informations biographiques, qu’est-ce qui rend plausible ou au contraire fragilise l’identification de P.G.T à Pierre Gilbert ?

Le premier argument en faveur de cette hypothèse tient bien sûr à la concordance des initiales : Pierre Gilbert est très souvent qualifié de « Toulousain », tant dans le passage de Sapet présenté supra que dans le titre de l’ode que lui adresse son ami Olivier de Magny, « A Pierre Gilbert Tholosan » (1559). C’est de cette façon que La Croix du Maine, qui ne sait au demeurant rien de Gilbert, le désigne dans ses Bibliotheques françoises. Ce n’est en outre que tardivement que notre homme obtient sa seigneurie de Malloc, susceptible de transformer ses initiales de P.G.T. en P.G.M..

Par ailleurs, ce tombeau célébrant la reine de Navarre en 1551 est caractérisé par le fait que des poètes de la jeune génération – Ronsard et Du Bellay, en particulier – rejoignent enfin le choeur de déploration qu’avaient fait résonner dès l’année précédente, en latin et en français, des auteurs comme Denisot, Sainte-Marthe ou même déjà leur maître Dorat ou leur ami Baïf. Les données biographiques dont nous disposons montrent que Pierre Gilbert a fréquenté certains de ces jeunes gens, que l’on dit par commodité de « la Pléiade », et que ses positions concordaient avec les leurs.

La pièce liminaire signée P.G.T. est un sonnet, genre pratiqué par ailleurs par P. Gilbert et caractéristique de ces premières années de la poésie de la Pléiade. Elle est tournée non pas directement vers la célébration de la défunte mais plutôt vers les auteurs du tombeau lui-même, dont les vers sont propres à ranimer et à immortaliser la reine de Navarre. Or rien ne nous indique  que le jeune Pierre Gilbert ait pu, de près ou de loin, être en relation avec Marguerite ou sa cour, et s’il est bien l’auteur de ce sonnet, on comprend que ce serait plutôt au titre de son amitié avec un ou plusieurs des poètes réunis à l’occasion de ce recueil qu’à celui de ses liens avec la défunte qu’il aurait été associé au projet.

Enfin, on peut également faire valoir que les rares textes de Pierre Gilbert qui nous sont parvenus, en latin ou en français, montrent qu’il a pratiqué, comme beaucoup de ses contemporains, une poésie sinon exclusivement tout au moins largement sociale, adressant des pièces à ses amis, usant des vers pour faire l’éloge de ses relations, se faire valoir auprès de protecteurs, célébrer enfin la mémoire d’autres défunts. Cette esquisse de ce qu’a pu être son œuvre ne jure pas avec ce qui aurait pu être un de ses tout premiers coups d’essai.

Toutefois, on pensait jusqu’ici que Pierre Gilbert avait sans doute rencontré ses amis poètes à Rome, au milieu de la décennie 1550. Considérer qu’il est déjà auprès d’eux – et vraisemblablement d’ailleurs spécifiquement dans l’entourage de Du Bellay – dès 1551 amènerait à reconsidérer ce postulat : il est vrai que nous ne savons absolument rien de la vie de P. Gilbert à cette époque et que si rien ne vient donc corroborer l’hypothèse, rien ne vient apparemment non plus l’infirmer. Il resterait toutefois à déterminer comment ces jeunes gens ont pu faire connaissance et comment le jeune Toulousain a pu être associé à cette entreprise de déploration de la défunte reine de Navarre.


Bibliographie critique

  • Barbier-Mueller Jean Paul (en collaboration avec Nicolas Ducimetière), Dictionnaire des poètes français (1549-1615), vol. E-J, Genève, Droz, 2016, notice « Pierre Gillibert », p. 395-401.
  • Saulnier Verdun-Léon, « Un ami de Joachim Du Bellay : Pierre Gilbert », B.H.R., t. XXVIII-I, 1966, p. 26-31.

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Pierre Gilbert, Toulousain, peut-il être P.G.T. ? », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 29 novembre 2020, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/718.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search