Sur la piste de l’étrange monsieur de L’Estrange

Dans le courant des années 1550, Joachim Du Bellay, Olivier de Magny, Jacques Tahureau ou encore Bérenger de La Tour d’Albenas adressent certains de leurs vers à un dénommé Lestrange, dont nous savons fort peu de choses sinon, grâce aux deux derniers de ces poètes, que son prénom commençait par un C., qu’il était abbé de La Celle, protonotaire du cardinal de Guise – c’est-à-dire Louis de Lorraine, en 1554, époque de cette indication – et qu’il écrivait des vers, aujourd’hui perdus, célébrant une dénommée Carite ou Charite.

 

 

Chamard, dans une note trompeuse1, prénomme cet individu Charles. L’erreur vient-elle de ce que l’un des détenteurs du cardinalat de Guise (même si ce n’est pas celui au service duquel se trouve L’Estrange) était lui aussi prénommé Charles (de Lorraine) ? est-ce lapsus calami ou simple étourderie ? Toujours est-il que ce prénom s’est imposé et qu’il a depuis été repris dans toutes les éditions modernes des Regrets de Du Bellay ou des Soupirs de Magny comme dans les articles conduits à évoquer ce M. de L’Estrange2.

Pourtant, on ne trouve nulle trace d’un Charles de L’Estrange avant la note malheureuse de Chamard. La Croix du Maine mentionne simplement, comme La Tour d’Albenas, un C. de L’Estrange, abbé de La Celle en indiquant qu’« il florissoit l’an 1536 », ce qui paraît bien tôt pour un ami de poètes de cette génération. La précocité de cette date frappe encore davantage lorsqu’on fait l’hypothèse que ce mystérieux personnage pourrait être non pas Charles mais Claude de L’Estrange. De celui-ci et de son jeune frère François, on connaît quelques vers de circonstances, et un unique ouvrage en néo-latin, exercice de collège paru en 1547, dont il est précisé qu’il s’agit de l’œuvre d’adolescents.

Claude et François de L’Estrange, page de titre de l’Orationes duæ de Regia consecratione, à duobus nobilissimi adolescentibus, Francisco et Claudio Lestrangiis fratribus, Paris, M. David, 1547 [source : booksgoogle].

Les deux jeunes garçons qui ont un frère aîné, Jean, et plusieurs sœurs, dont Suzanne et Hélène, sont les enfants de Louis de Lestrange et ils ont dû naître aux alentours de 1530. Il est donc bien tôt, en 1536, pour que Claude soit déjà abbé. Et pourtant, dans Le Clergé de France (1774) à la date de 1549 comme dans une minute du 26 juillet 1551, c’est bien un prénommé Claude qui est abbé commendataire de La Celle mais aussi de Saint-Hilaire, dans le diocèse de Poitiers.

On peut faire plusieurs hypothèses pour démêler ce petit mystère, qui se complique encore lorsque l’on apprend que Claude de L’Estrange épouse le 28 décembre 1558 Catherine de Chabannes, dont il aura une fille unique, Marie.

On peut d’abord envisager qu’il s’agisse là de deux homonymes à distinguer, l’un pouvant par exemple être l’oncle de l’autre3. Le Claude de L’Estrange abbé de La Celle dès 1536 serait alors plus âgé que celui qui porte le titre de vicomte de Chelaines, Cheylane ou Chailane, père de famille à l’orée des années 1560.

Cette première hypothèse, toutefois, est fragilisée par le fait que La Tour d’Albenas, qui paraît très proche de toute la famille de L’Estrange et ne saurait donc se tromper dans le titre d’abbé de La Celle qu’il attribue notamment à cet ami, adresse et reçoit des vers non seulement de Claude mais aussi de François de L’Estrange et consacre une pièce à Suzanne. On ne peut bien sûr pas exclure que le poète toulousain ait entretenu aussi bien des relations avec les frères et sœurs que sont Suzanne et François qu’avec un parent plus âgé, portant le même prénom que leur frère aîné. Mais il paraît tout de même plus plausible que nous ayons affaire ici à une fratrie, d’autant plus que Claude et François ont déjà publié un ouvrage ensemble.

En outre, il nous semble que la très brève note que La Croix du Maine consacre à C. de L’Estrange, et que nous avons déjà citée, vient sans doute précisément du recueil de La Choreide de La Tour d’Albenas, qui attribue à ce destinataire le titre d’abbé de La Celle. Or ce recueil paraît en 1556. Une coquille peut aisément avoir transformé le 5 en 3, deux chiffres faciles à confondre, pour aboutir à l’affirmation déstabilisante selon laquelle cet abbé « florissoit en 1536 ». Cela achèverait de réunir les deux facettes apparemment irréconciliables de cet étrange M. de L’Estrange, car s’il n’y a bel et bien qu’un seul et unique Claude de L’Estrange, on peut légitimement s’interroger sur ce qu’a pu être son étonnant parcours, entre vie cléricale et vie laïque.

L’hypothèse qui nous paraît la plus plausible est la suivante : deuxième fils de Louis, Claude a d’abord dû être destiné aux ordres, comme son frère François, tandis que leur aîné, Jean, devait hériter et avoir la charge de la transmission du nom. Claude a donc sans doute reçu les ordres mineurs, seuls nécessaires pour être abbé commendataire. A la mort de Jean, qui survient vraisemblablement peu après le 2 février 1550, Claude, désormais aîné mâle de la fratrie survivante, a peut-être pu bénéficier d’une dispense de célibat. Il est même possible qu’il ait continué quelques temps à recevoir les bénéfices attachés à l’abbaye de La Celle car on ne trouve le nom de son successeur qu’à partir de la date de 1565, ce qui a d’ailleurs pu faire supposer que Claude de L’Estrange était mort cette année-là. Or ce n’est assurément pas le cas : on sait qu’il teste le 19 septembre 1568 et qu’il meurt entre le 30 octobre 1569, date de la bataille de Moncontour où il est grièvement blessé, et le 14 décembre 1570, date à laquelle Catherine de Chabannes est présentée comme veuve dans une minute la mentionnant. Il a également pu assurer les fonctions de protonotaire auprès du Cardinal de Guise, comme l’indiquent certains des textes qui lui sont adressés, puisqu’il ne s’agit pas là d’un titre prelatice et qu’un homme marié pouvait a priori les assumer4.

Reste une dernière difficulté, peut-être propre à fendre de nouveau en deux notre L’Estrange. S’il n’y a sans doute bien eu qu’un seul Claude de L’Estrange – et abbé, et marié – on ne peut toutefois être parfaitement sûrs que Joachim Du Bellay, Olivier de Magny, Jacques Tahureau et Bérenger de La Tour d’Albenas parlent du (ou parlent au) même L’Estrange. Tahureau et La Tour d’Albenas précisent sinon un prénom tout au moins une initiale qui nous fait comprendre qu’il s’agit de Claude. Mais rien n’interdit de penser que Du Bellay et Magny, qui n’usent pour s’adresser à ce destinataire que de son seul patronyme, sans plus de précision, ont pu écrire plutôt à François de L’Estrange. Il faudrait, pour en décider, savoir lequel des deux frères a pu séjourner à Rome en même temps que ces deux poètes et les y côtoyer. En attendant – s’il peut venir un jour – ce complément d’informations, nous en sommes réduit à ôter le prénom que Chamard avait d’autorité attribué au L’Estrange des Regrets et des Souspirs et à suspendre l’attribution de sa juste identité à ce compagnon romain.


Notes

1. Henri Chamard, Joachim Du Bellay (1522-1560), Thèse de Université de Lille, 1900, p. 349, note 8.

2. À notre connaissance, seul Malcolm Smith soupçonne, au détour d’une note, un glissement possible entre Charles / Carlo et Claude/  Claudio.

3. C’est par exemple l’hypothèse formulée par Henry de Lestrange, La Maison de Lestrange, Paris, 1912.

4. Nous remercions Geoffrey Lopez et Paul-Victor Desarbres pour les éclaircissements qu’ils nous ont apportés au sujet des subtilités de la commande et du protonotariat non apostolique.


Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Sur la piste de l’étrange monsieur de L’Estrange », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 17 mai 2020, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/701.