Dans l’atelier lyonnais de Pierre de Tours au moment du Proces d’Ajax et d’Ulisses (1547)

En 1547, paraît à Lyon chez Pierre de Tours une traduction du Proces d’Ajax et d’Ulisses d’après le latin d’Ovide (Métamorphoses, fin du XIIe et début du XIIIe livre). La page de titre de l’ouvrage tout comme une épître liminaire en prose non signée adressée « Au lecteur » attribuent explicitement à Jacques Colin cette traduction, qui avait déjà circulé sans nom de traducteur dans de riches manuscrits de cour (ms. BnF fr 2328 et BnF fr 2329).

L’auteur anonyme de cette épître liminaire annonce également une « Description des armes d’Achilles » en prose traduite du livre XVIII de L’Iliade d’Homère. Sa présence en tête du livre est justifiée par la nécessité d’éclairer et de contextualiser l’œuvre principale. Il s’agit donc bien là d’une réelle démarche d’éditeur scientifique, qui propose non seulement un texte mais aussi un angle de lecture pour l’aborder grâce à un apparat dont le but affiché est de rendre l’ensemble plus aisément compréhensible, dans une perspective quasi pédagogique.

Vient ensuite l’œuvre principale : la traduction française du Procès d’Ajax et d’Ulisses par Jacques Colin. L’œuvre est abondamment annotée dans les marges, ce qui n’était pas le cas dans les manuscrits antérieurs que nous en connaissons. Il s’agit sans doute toujours là du fruit de l’intervention de cet éditeur particulièrement soucieux d’accompagner les lecteurs dans leur découverte du texte traduit. Celui-ci s’achève par une épitaphe d’Ajax. Sans séparation très nette, deux emblèmes latins d’Alciat (notices Jonas ici et ) accompagnés de leurs traductions françaises (notices Jonas ici et ) sont placés immédiatement après ces vers. Leur présence à cette place se justifie par le fait que ces épigrammes (ici présentées sans leurs gravures) mentionnent elles aussi le tombeau d’Ajax. Elles offrent donc une sorte de prolongement et de caisse de résonnance à l’œuvre principale, à la façon de textes complémentaires.

Le proces d’Ajax et d’Ulisses […] translaté en langue françoise par M. Jaques Colin […], Lyon, Pierre de Tours, 1547, f. D ij v° [source : Gallica]

Le proces d’Ajax et d’Ulisses […] translaté en langue françoise par M. Jaques Colin […], Lyon, Pierre de Tours, 1547, f. D iij r° [source : Gallica]

Enfin, l’ouvrage se clôt sur deux épîtres qui, elles, n’ont pas de rapport direct avec le sujet du livre, mais avec son traducteur, puisqu’elles sont « [du]dict I.C. », c’est-à-dire de Jacques Colin (notices Jonas ici et ).

On peut s’interroger sur les conditions de cette publication du travail de Colin. Pour l’ouvrage principal tout au moins, il est très vraisemblable que Pierre de Tours a récupéré une copie de l’un des manuscrits par lesquels circulait déjà sa traduction. Ce ne serait d’ailleurs pas la première fois. Le circuit emprunté par la traduction de Colin – de manuscrits d’apparat jusque dans l’officine lyonnaise – rappelle en effet ce qui s’était produit, cinq ans plus tôt, pour la traduction d’Homère fournie par Hugues Salel : l’ouvrage, commandé par le roi lui-même, avait circulé en manuscrits, puis avait manifestement été détourné et récupéré par Pierre de Tours. L’imprimeur-libraire lyonnais en donne en effet une édition en 1542 sans l’aveu du principal intéressé comme en témoigne ce passage du privilège accordé le 18 janvier 1544 (a.s.) à Salel lui-même pour dix ans, reproduit dans l’édition « officielle » des Dix premiers livres de l’Iliade d’Homere parue en 15451.

Dix premiers livres de l’Iliade d’Homere, prince des poètes: Traduictz en vers François, par M. Hugues Salel, de la chambre du Roy, et Abbé de S. Cheron, Paris, Sertenas, 1545, p. iii.

Mais à la différence de ce qui s’était produit avec l’édition des œuvres de Salel, cette fois Pierre de Tours paraît à l’abri de toute récrimination, puisque le traducteur, Jacques Colin, vient de mourir, tout comme le protecteur des Lettres et des Arts, veillant au grain pour les traducteurs qu’il protège, François Ier. On peut d’ailleurs se demander si la reprise d’activité de Pierre de Tours – apparemment interrompue entre 1543 et 1547 – ne serait pas, en partie au moins, liée à la fin des ennuis qu’avaient pu attirer à l’imprimeur indélicat le mécontentement d’un traducteur aussi bien protégé que l’était Hugues Salel. Il n’est pas impossible non plus que Barthélemy Aneau, qui avait activement contribué à cette publication en signant notamment trois liminaires (en français, latin et grec) dans cette Iliade de 1542, ait pu lui aussi connaître un passage à vide éditorial en lien avec cette même affaire.

Le premier et second livre, de l’Iliade, Lyon, Pierre de Tours, 1542, p. 3 [source : Gallica].

De fait, après avoir travaillé en 1542-1543 pour Pierre de Tours, publiant chez lui son Lyon marchant (1542), sa traduction de l’Oraison ou Epistre de M. Tulle Ciceron à Octave (1542) et donnant également, à la même période, un huitain liminaire à la traduction par Pierre Saliat d’un opuscule d’Aristote (Du Monde)il semble ensuite se tenir à l’écart du milieu des imprimeurs durant quelques années. On ne le retrouve explicitement associé à des publications imprimées qu’à partir de la même date de 1547. Son nom apparaissant cette fois dans des éditions de Guillaume Rouillé et Macé Bonhomme, on a pu supposer que sa collaboration avec Pierre de Tours était terminée.

Pourtant l’édition du Procès d’Ajax et d’Ulisses nous engage à reconsidérer ce point de vue. Aneau semble bien avoir – pour cette édition au moins – renoué avec l’officine de Pierre de Tours. La façon dont ce livre a été soigneusement conçu nous montre bien, en effet, que cette publication a non seulement nécessité de capter le manuscrit de cour où circulait la traduction constituant le corps de l’ouvrage, mais aussi d’élaborer pour elle un apparat complet, varié et rigoureux. On peut faire l’hypothèse qu’un véritable éditeur scientifique a sans doute non seulement pris en charge l’édition des textes de Colin, l’annotation marginale du Proces, la rédaction de l’adresse liminaire « Au lecteur », la traduction de la « Description des armes d’Achilles » mais aussi celle des deux emblèmes d’Alciat qui achèvent d’encadrer l’œuvre principale et dont on a vu qu’ils avaient été choisis avec soin pour faire écho au sujet principal du livre.

Or, même si ce travail ne lui est pas attribué explicitement dans cette publication de 1547, on sait que le traducteur de ces deux pièces est sans aucun doute possible Barthélemy Aneau. De fait, il assumera pleinement ces traductions deux ans plus tard dans l’édition lyonnaise des emblèmes d’Alciat fournie par Guillaume Rouillé, où elles figurent (voir ici la transcription du premier texte et celle du second). Il signe en effet de son nom l’épître dédicatoire en prose qu’il adresse à « Jacques Conte d’Aran en Escoce » (c’est-à-dire James Hamilton, comte d’Arran) dans laquelle il s’attribue l’intégralité de cette tâche.

Emblemes d’Alciat, Lyon, Guillaume Rouillé, 1547, p. 3 [Source : https://www.emblems.arts.gla.ac.uk/alciato/facsimile.php?id=sm33-a2r]

Déjà dans Le Procès d’Ajax et d’Ulisses ces traductions sont signées, mais de l’anagramme Ptolemæ Anauarbe qui correspond bien au nom d’Aneau, dans la graphie Barptolemæ Aneau. 

Il nous semble donc incontestable que le principal du Collège de la Trinité fréquentait encore en 1547 l’atelier de Pierre de Tours. À cette date, comme cinq ans plus tôt, il est très vraisemblable qu’Aneau jouait dans cette officine lyonnaise un double rôle de traducteur et d’éditeur de traductions de textes anciens. L’usage d’une signature anagrammatique est peut-être le signe d’un engagement plus discret et prudent auprès de l’imprimeur lyonnais. De fait, même si l’anagramme est presque transparente, elle semble avoir jusqu’ici échappé aux lecteurs les plus avertis et il est possible qu’il ait rempli son office protecteur, s’il était encore nécessaire en 1547 pour la publication du travail d’un mort.


Note

1. Sur cet épisode, voir aussi les analyses de Marie-Madeleine Fontaine dans son édition d’Alector et le coq, vol. 2, Genève, Droz, 1996, p. 871) ainsi que le mémoire d’Antoine Champigny, Entre prudence et fidélité : Barthélemy Aneau et le Sodalitium humaniste lyonnais dans la tourmente religieuse (1530-1565), Université du Québec à Montréal, 2017, p. 82-86.


Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Dans l’atelier lyonnais de Pierre de Tours au moment du Proces d’Ajax et d’Ulisses (1547) », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 18 avril 2020, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/636.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search