Pour continuer à dérouler le fil de l’œuvre de Mathieu Guinel

Dans deux notules précédentes, nous avions montré que la devise « A ung te humilie » était l’anagramme de Mathieu Guinel (voir ici) et que l’un des liminaires du livre VI de l’Amadis, signé des initiales G.M. pouvait également lui être attribué (voir là). Guillaume Berthon attire à présent notre attention sur deux épîtres, « Cuydant avoir receu, Sire, la somme » et « Ce Roy qui doit mieulx estre que Pompée », qui ont pu être attribuées à Clément Marot (Les Œuvres de C. Marot, éd. Guiffrey, Paris, J. Schemit, 1931, t.5, p. 345-350) mais qui sont sans doute plutôt du même Guinel.

De fait, dans le ms. B.N. fr 12795 où elles figurent, la première, adressée « Au Roy », est signée de la devise « [A] vng te humilye »

La suivante n’est pas signée, pas même par une devise, mais cette pièce adressée au Connétable de Montmorency aborde les mêmes questions d’argent et mentionne le même « général Preudhomme » que l’épître précédente. Elle a apparemment le même auteur. Et l’emploi de cette devise en guise de signature rend donc tout à fait vraisemblable l’attribution à Mathieu Guinel de ces deux textes, datables de 1539 environ d’après leur place dans la farrago de Julyot où elles figurent.

On peut, à ce stade de notre enquête, porter au crédit de Guinel deux épitaphes latines, quatre françaises (clairement signées), trois épigrammes liminaires à la traduction de différents livres d’Amadis et trois épîtres (signées d’une devise et/ou d’initiales). Ces différentes pièces le rattachent d’une part au monde de la cour, et de l’autre à celui de l’imprimerie parisienne. Il est possible qu’il ait d’abord été lié, au milieu des années 1530, à l’espace tourangeau puisqu’il adresse la plus ancienne des épîtres que nous connaissons de lui (c. 1534) au très jeune Jacques II de Beaune, issu d’une famille de notables de Tours. Assez rapidement, dans la seconde moitié des années 1530, Guinel semble fréquenter, ou tenter d’approcher, des protecteurs haut placés :

  • il déplore en 1536, la mort du dauphin de France,
  • en 1538, celle du chancelier Antoine du Bourg ;
  • il s’adresse vraisemblablement c. 1539 à François Ier et à Anne de Montmorency pour réclamer des sommes que Guillaume Preudhomme ne lui a pas versées. Ce personnage, général des finances de Normandie entre 1524 et 1543, occupe également la fonction de trésorier de l’épargne. C’est à ce titre qu’il est notamment chargé du « paiement des pensions des officiers de la cour » (voir Thierry Rentet, Anne de Montmorency. Grand Maître de François Ier, Rennes, PUR, 2011, p. 200)

Dans le courant des années 1540, on le voit évoluer dans l’entourage de Nicolas Herberay et de l’officine parisienne de Denis Janot.

La collection progressive des textes qu’il nous a laissés, signés ou non, permet ainsi d’esquisser peu à peu le profil de ce poète de cour méconnu.


Pour citer cette note : BERTHON Guillaume, JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Pour continuer à dérouler le fil de l’œuvre de Mathieu Guinel », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 14 avril 2020, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/625