Ulmianus : Des Ormeaux plutôt qu’Ulmo

Dans les liminaires du Printemps de l’humble esperant de Jean Le Blond (Paris, L’Angelier, 1536), on lit au f. A 2 r° un distique latin intitulé « Joannes ulmianus ad lectorem ».

Selon Daniele Maira, ce « Joannes Ulmianus » devrait être identifié à « Jean d’Ulmo, homme de loi âgé alors de 56 ans ». Il précise que, le « distique en latin […] n’ajout[ant] rien de plus à l’appareil titulaire[, c]’est moins le contenu de la pièce justificative que la présence onomastique d’un homme illustre qui cautionne l’ennoblissement du volume » (Typosine, la dixième muse : formes éditoriales des canzonieri français (1544-1560), Genève, Droz, 2007, p. 143-144).

Toutefois, le choix de cette caution a de quoi étonner dans la mesure où en 1536, l’année même de la publication du recueil de Jean Le Blond, Jean d’Ulmo, convaincu de corruption, est « condamné à être dégradé de sa charge de président [du Parlement de Toulouse], monté sur un tombereau, il devait être conduit à la place Saint-Georges pour y être pilorié, flétri au front et marqué au fer rouge. Une prison perpétuelle au château de Saint-Malo et la confiscation de tous ses biens étaient le complément de cette sentence » (Alexandre du Mège, Histoire des institutions religieuses, politiques, judiciaires et littéraires de la ville de Toulouse, T. 3, Toulouse, Laurent Chapelle, 1844, p. 246-247). Celle-ci étant exécutée à la fin de l’année 1536, le 7 octobre, et l’ouvrage ne portant pas de date précise d’achevé d’imprimer, on pourrait bien sûr penser que Jean Le Blond a simplement joué de malchance en plaçant quelques mois auparavant en tête de son livre le distique d’un tel garant. Mais le fait même que ce Jean d’Ulmo soit toulousain alors que la plupart des autres personnes que mentionne, à qui s’adresse Jean Le Blond ou qui s’adresse à lui dans ce livre viennent de l’Eure sonne comme une fausse note supplémentaire dans cette identification et engage à la reconsidérer.

Deux épîtres du corps du recueil nous semblent permettre de résoudre ces dissonances. Au f. D 2 v°-D 3 v°, d’abord, on lit une épître de Jean Le Blond adressée « à monsieur des Ormeaux facteur ».

Plus loin, l' »Epistre à maistre Jehan Basset facteur et chantre » (f. E 6 v° – E 7 v°) mentionne également ce personnage, précisant cette fois son prénom, Jean.

Or ulmus en latin signifie justement orme, ou ormeau. On peut donc avancer l’hypothèse que le Johannes Ulmianus donnant un liminaire au Printemps est bien le même que ce Jean Des Ormeaux qui semble faire partie de l’entourage proche de Jean Le Blond, partageant avec lui un goût pour la poésie (si le mot « facteur » est bien à entendre au sens de « faiseur de vers », comme il est vraisemblable) ainsi qu’un réseau d’amis dont on sait il est vrai bien peu de choses, Jean Basset mais aussi Bernyencourt, par exemple, que Le Blond mentionne dans l’épître à Des Ormeaux.

Dans cette mesure, le distique latin de Jean Des Ormeaux nous paraît plutôt devoir être interprété comme un simple et modeste témoignage d’amitié ou, à la rigueur, comme un soutien local, fonctions qui sont aussi fréquemment dévolues aux pièces liminaires d’un ouvrage imprimé.

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Ulmianus : Des Ormeaux plutôt qu’Ulmo », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 11 avril 2020, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/616.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search