Le point sur les dames du Panegyric des damoyselles de Paris, sur les neuf muses (1545)

Cette notule propose une présentation synthétique des dames désignées au début du Panegyric des damoyselles de Paris, sur les neuf muses, lorsqu’elles ont pu être identifiées. La liste est organisée selon l’ordre du texte mais l’index alphabétique ci-dessous permet de trouver directement le nom que l’on souhaite. Les paginations indiquées renvoient à l’édition princeps (Lyon, Jean de Tournes, 1545).

 
 
 

“Antoinette de Cerisay, dame de la Rivière”, portrait par François Clouet, collection Albertina, Vienne, Autriche [Source : Europeana].

1) “L’une, c’est la Rivière / D’Alençon Chancelliere”, p. 3-4

→ Antoinette de Cerisay, dame de la Rivière (voir cette notice généalogique et celle-ci)

  • fille de Nicolas de Cerisay, baron de la Rivière, bailli du Cotentin et d’Anne Bohier.
    • par sa mère, petite-fille de Catherine Briçonnet
  • mariée le 14 mai 1538 à François Olivier, maître des requêtes ordinaire de l’hôtel et chancelier d’Alençon (voir cette archive), puis chancelier de France , dont elle a au moins deux enfants :
    • Jeanne, mariée le 31 décembre 1559 à Antoine de Monchy
    • Jean, seigneur de Leuville, mort à Tours en 1597
  • veuve en 1560, encore en vie en 1569, morte en 1574.
  • en 1554, Antoine Mizauld lui dédie sa réédition de l’Almanach des rustiques (voir ici et ).

Retour en haut de la page


2) “la Plancy”, p. 4

→ Louise de Harlay, dame de Rupereux (voir ici cette notice généalogique et celle-ci)

  • née le 25 janvier 1505 de Louis Harlay, seigneur de Césy de Champvalon et de Germaine Cœur, dame de Beaumont-Montglas,
  • mariée le 22 janvier 1521 à Claude de La Croix, baron de Plancy, conseiller du roi, maître des requêtes, et de ce fait belle-sœur de Françoise de La Croix (dite La Vicourt, voir infra, entrée n°9)

Retour en haut de la page


3) “D’Iverny bien aimée / Calliope nommée”, p. 4

→ Madeleine Briçonnet, dame d’Iverny et du Plessis-Rideau

  • née c. 1510, morte en 1572, durant la Saint-Barthelémy
  • fille de Louise Raguier et Jean Briçonnet, nièce de Guillaume et Robert Briçonnet
  • mariée à Thibaud de Longuejoue, seigneur d’Iverny, conseiller au Châtelet, maître des requêtes, dont elle  au moins une fille,
    • Jeanne de Longuejoue, mariée en 1529 à Jean Dauvet, morte en 1576
  • veuve en 1550.

Retour en haut de la page


Jean Clouet, portrait d’Anne de Pisseleu, duchesse d’Etampes, dame de Chaluau, c. 1530, Musée Condé de Chantilly [Source : wikimedia].

4) “La Chaluot”, p. 5

→ selon B.H. et G.T. Beech (“‘Les Obsèques d’Amour’, un poème de 1546 et une controverse parisienne sur les femmes et l’amour”, Seizième Siècle, n°1, 2005. p. 245), mentionnant Barbara B. Diefendorf, Paris City Councillors in the Sixteenth Century : The Politics of Patrimony, Princeton Legacy Library, 1983, il s’agirait de Jeanne Le Viste, sans doute dame d’Arcy, Fresnes, Saint-Gobert, Viviers, Montmorillon, Châtillon et Bagnols

  • née c. 1510, morte en 1566
  • fille d’Antoine II Le Viste
  • mariée à Jean-René IV Robertet, conseiller et secrétaire des Finances du Roi puis maître des requêtes
  • veuve en 1538

Il est possible que le nom qui lui est donné dans le Panegyric soit une déformation de celui de l’une des seigneuries de son mari, qui est notamment seigneur de Charlieu.

On ne peut cependant pas totalement exclure que ce nom de Chaluot désigne la maîtresse même de François Ier, Anne de Pisseleu qui est notamment dame de Challuau (voir par exemple cette archive), du nom d’un château que le roi fit ériger pour elle à partir de 1539

  • née en 1508, morte en 1580
  • fille d’Anne Sanguin et de Guillaume de Pisseleu
  • mariée en 1532 à Jean IV de Brosse, seigneur d’Etampes
  • séduite par les idées de la Réforme.

Il faut néanmoins convenir que le milieu social de la première dame correspond mieux à celui des autres dames de Paris mentionnées dans la pièce.

Retour en haut de la page


5) “La Baillifve Courtin”, p. 5-6

→ Madeleine Budé, baillive Courtin, dame du Bois-le-Vicomte

  • née entre 1493 et 1528
  • fille de Dreux II Budé, notaire et secrétaire du roi, trésorier des chartes et grand audiencier de France, et Guillemette de Thumery
  • a bénéficié des leçons de Guillaume Budé qui est le frère cadet de son père (et non, comme l’écrit par erreur S. Le Clech-Chardon, son père)
  • mariée le 29 août 1545 à Jean Courtin, seigneur de Gournay-sur-Aronde et d’Emevilliers, auditeur des Comptes, gouverneur et bailli d’épée de Guise, secrétaire du roi (voir ici)
  • François Habert lui dédie une des épigrammes du Temple de chasteté, 1546 (voir S. Le Clech-Charton, Chancellerie et culture au XVIe siècle, Toulouse, PUM, 1993)
  • morte peu avant 1573 de gangrène, des suites d’une infection après une saignée, épisode que rapporte Ambroise Paré, dans ses Œuvres, livre X “Des playes en particulier”, chapitre XLI “Histoire du Roy Charles neufiesme”, éd. Céard, G. Pineau, E. Berriot-Salvadore, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 1186-1187 (voir ici).

Comme il estoit advenu de recente memoire à madamoiselle la Baillive Courtin, demeurant rue saincte Croix, pres la Bretonnerie, Paris : à laquelle pour avoir esté ainsi mal-saignee, le bras luy tomba en gangrene et totale mortification, dont elle mourut par faute d’avoir esté ainsi secourue.

Retour en haut de la page


6) “La Chaufourt”, p. 6

→ peut-être apparentée au sieur de Chauffour qui donne un blason du con. Selon B.H. et GT. Beech (art.cit.), elle appartient à une famille détenant l’office de “maître des eaux et forêts”. Personne non identifiée pour l’instant (n’hésitez pas à nous contacter si vous avez disposez d’informations à son sujet)

Retour en haut de la page


7) “O gentille Mynarde”, p. 6

→ Catherine Bochart de Champigny (voir B.H. et GT. Beech, art.cit. et cette notice généalogique)

  • fille de Jean II Bochart, seigneur de Champigny, avocat au Parlement de Paris et de Jeanne Simon, née en 1485
  • femme d’Antoine Mynard (ou Minard), seigneur de la Tour-Groslier et Mongarnault, conseiller, avocat à la chambre des comptes (1540) président au Parlement de Paris, né c. 1505, mort assassiné en le 12 décembre 1559 (voir ici).

Retour en haut de la page


8) “Antoinette Roger”, p. 7

→ Antoinette Roger (ou Rogier, ou Roiger)

  • fille de Guillaume Roger, procureur-général au Parlement de Paris, et de Jacqueline Fuzeau
  • femme de Jean de Lauthier, écuyer, seigneur de Fleury en Brie, procureur général au Parlement de Rouen, dont elle eut au moins deux filles,
    • Anne Lauthier qui “mérite d’avoir place entre les personnes savantes de son siècle. Elle entendait le latin, écrivait agréablement en prose et en vers, et avait de la curiosité pour toutes les belles sciences, et particulièrement pour les mathématiques” (voir ici)
    • Isabelle, qu’elle marie en 1577 à François de Conty (voir cette archive)
  • veuve au plus tard en 1565 (voir cet acte).
  • apparentée à Marthe de Selve (dite la procureuse, voir infra, entrée n°10)

Retour en haut de la page


9) “la Vicourt”, p. 7-8

→ Françoise de La Croix, dame de Vicourt (voir cette notice généalogique et celle-ci)

  • fille de Geoffroy de La Croix, seigneur de Bouqueval et de Candeuvre, baron de Plancy et de Charlotte Poncher
  • sœur de Claude de La Croix, baron de Plancy, conseiller du roi, maître des requêtes, et de ce fait belle-sœur de Louise de Harlay (dite La Plancy, voir supra, entrée n°2)
  • mariée au plus tard en 1523 à Claude de Hacqueville, seigneur de Vicourt, conseiller du Roi, maître des comptes
  • veuve en 1554
  • épouse en secondes noces Pierre d’Anselme, écuyer, seigneur de Joannas et de la Bastide (voir cette notice généalogique, p. 6)

Retour en haut de la page


10) “De Selva, procureuse / De nostre noble Roy”, p. 8

→  Marthe (ou Anne Marthe) de Selve (voir B.H. et GT. Beech, art.cit.)

    • née c. 1503,
    • fille ainée de Jean de Selve, seigneur de Crosmieres et de Cécile de Buxy,
    • femme de Pierre Raymond, seigneur de Courcelles et de Jomeron, conseiller au Conseil privé et avocat du Roi en Parlement en 1543 (voir cet acte), puis, l’année suivante, procureur général du Roi (voir cet acte) et premier président au parlement de Rouen (voir cet acte)
    • veuve avant 1542 de François Rogier, seigneur de Lion-en-Beauce, conseiller et procureur général du Roi (voir cet acte ou celui-là), à ce titre apparentée à Antoinette Roger (voir supra, entrée n°8)

Retour en haut de la page


11) “Perrigny ma voisine”, p. 8-9

→ Marguerite des Barres (voir cette notice généalogique)

  • fille de Didier des Barres, seigneur de Hautefeuille et de Montcorbon et de Marguerite de Piédefer
  • mariée le 10 août 1519 à Pierre Du Plessis, seigneur de Perrigny, Bertault et Villarcels, conseiller et maître d’hôtel de Catherine de Médicis et des enfants de France sous Henri II

Retour en haut de la page


Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Le point sur les dames du Panegyric des damoyselles de Paris, sur les neuf muses (1545) », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 16 mars 2020, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/582.