Maurice Scève, de huitains en dizains (2)

Le ms. B.N. fr. 1700, daté c. 1537, contient deux pièces de Maurice Scève au f. 12 r° et v°. La première se présente comme un huitain, état préparatoire du dizain 248 de La Délie (1544). La seconde est le dizain 447 de ce même recueil, avec quelques variantes. Il ne semble pas que ces deux versions primitives des textes aient été jusqu’ici relevées et commentées. 

Textes

Les dizains de La Délie sont cités d’après l’édition Joukovsky, Paris, Garnier, 1996, p. 116 et 205. Les variantes textuelles par rapport aux versions parues dans La Délie sont soulignées. La place des éléments manquant dans le huitain est indiquée par des traits.

B.N. fr 1700 Délie, dizain 248

Mon doulx languir multiplie la peyne
Du fort desir dont tu tiens l’esperance
Mon ferme aymer t’en feist seure et certaine
Par long souffrir qui donna l’asseurance
Mais toy estant fiere de ma souffrance
———————————————–
Tu m’entretiens —————————
———————- par l’espoir qui m’attire
Comme vivans tous deux d’une substance
Moy de te aymer et toy de mon martire.

Ce mien languir multiplie la peine
Du fort desir, dont tu tiens l’esperance,
Mon ferme aymé t’en feit seure, et certaine,
Par lon travail, qui donna l’asseurance.
Mais toy estant fiere de ma souffrance,
Et qui la prens pour ton esbatement,
Tu m’entretiens en ce contentement
(Bien qu’il soit vain) par l’espoir, qui m’attire,
Comme vivantz tout d’un sustantement
Moy de t’aymer, et toy de mon martyre.

*

B.N. fr 1700 Délie, dizain 447

Si tu t’enquiers pourquoy sur mon tumbeau
L’on aura mis deux elemens contraires
Comment l’on voit estre le feu et l’eau
Qui sont entre eulx ennemys adversaires
Je t’advertys qu’ilz sont tresnecessaires
Pour demonstrer par signes evidentz
Que si en moy ont esté residentz
Larmes et feu[,] aspre bataille ci rudde[,]
Que apres ma mort encores ci dedentz
Je brusle et ardz pour ton ingratitude.

Si tu t’enquiers pourquoy sur mon tombeau
L’on auroit mys deux elementz contraires,
Comme tu voys estre le feu, et l’eau
Entre elementz les deux plus adversaires :
Je t’advertis, qu’ilz sont tresnecessaires
Pour te monstrer par signes evidentz,
Que si en moy ont esté residentz
Larmes et feu, bataille asprement rude :
Qu’apres ma mort encores cy dedens
Je pleure, et ars pour ton ingratitude.
  • Voir aussi la notule “Maurice Scève, de huitains en dizains (1)
  • Pour un cas similaire, voir le ms. B.N. fr 3939, f. 55 v° (signalé par V.-L. Saulnier, “Sur trois dizains de Maurice Scève”, Annales de l’Université de Paris, n° 22, 1952, p. 187-191), qui offre une version, sous forme de huitain, du dizain 37 de La Délie (également liminaire de La deplourable fin de Flamete, Lyon, 1535, sous la forme d’un autre huitain).

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Maurice Scève, de huitains en dizains (2) », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 10 mai 2015, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/51.