Quand François Habert imite Marot pour s’en prendre à Jacques Godard (1549)

À la fin du recueil d’Épigrammes du Temple de Chasteté (1549), François Habert publie une épigramme satirique, qui évoque la veine de Martial aussi bien que celle de Marot. Intitulé “Comparaison des Poetes M. Grenoille et Godard”, le huitain fait d’ailleurs clairement référence au quatrain “A maistre Grenoille, poëte ignorant” de Marot (Premier livre des épigrammes, XVIII). Qu’on en juge :

Habert reprend non seulement le nom de “Maistre Grenoille” mais aussi la rime en -ique, l’expression “l’art poetique” ainsi que le verbe “barbouiller” ce qui rend l’intertexte très sensible. La mention, dès l’incipit, du nom de l’auteur de l’épigramme satirique ainsi décalquée ne fait qu’accroître cette articulation des deux textes. Il s’agit bien d’établir dans l’esprit du lecteur l’idée d’un parfait parallèle entre, d’une part, Marot s’en prenant à Grenoille, le barbouilleur d’art poetique et, d’autre part, Habert attaquant vivement “Godard qui va le papier souillant / Quant à rimer bien souvent il s’applique”. Grenoille et Godard, pour leur part, sont liés aussi bien par leur commun statut d’adversaires des épigrammatistes que par leur incapacité poétique et même par l’initiale de leurs noms.

La violente charge de cette épigramme comme, sans doute, le nom du premier poète (non identifié) ont fait supposer à Marie-Madeleine Fontaine1 qu’il s’agissait là de deux personnages de fantaisie ne référant à aucun contemporain identifiable de François Habert.

Pourtant, il y a bien un Jacques Godard (ou Godart) auteur de vers dans l’entourage proche de François Habert. Il est en effet le parent, du côté maternel, de Jeanne de La Font, poétesse qui est elle-même l’épouse de Jacques Thiboust, seigneur de Quantilly – l’un des plus importants protecteurs de François Habert. De ce Jacques Godard, La Croix du Maine nous apprend qu’il est curé de la Châtre dans le Bas-Berry et l’auteur de vers, dont certains ont été publiés à Poitiers en 1539. Sylvie Le Clech-Charton2 précise qu’on connaît de lui une œuvre satirique, intitulée “Epistre à Messeigneurs les esleuz pour le Roy en Berry”. Dans la même farrago de Jacques Thiboust (ms. B.N. fr 1667) où se trouve recueillie cette épître, on relève également trois autres épigrammes du même auteur :

Dans ces différents textes, l’auteur “se plaint des lourdes taxes qui pèsent sur la population” de sa ville (Le Clech-Charton). Faut-il voir dans ce trait une des raisons pour lesquelles Habert pointe l’avarice de Godard à la fin de son épigramme ?

Toujours est-il qu’il nous semble probable que l’ennemi d’Habert puisse être identifié au curé de la Châtre. Évoluant dans le même milieu, auteurs de vers cherchant des protections, les deux hommes ont sans doute pu être rivaux. Et Habert a pu imaginer, par cette épigramme, régler sa “querelle en Berry” à la façon d’un Marot. Il semble toutefois que l’affrontement n’a eu ni la même ampleur ni la même audience que la querelle entre Sagon et Marot une quinzaine d’années plus tôt.


Références

1. Fontaine Marie Madeleine, “Le carnet d’adresses de François Habert. Indications sur l’itinéraire d’un poète à la fin du règne de François Ier, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance (BHR), vol. 73, n° 3, 2011, p. 497–556.
2. Le Clech-Charton Sylvie, Chancellerie et culture au XVIe siècle:  les notaires et secrétaires du roi, Toulouse, Presses universitaires de Mirail, 1993, p. 298.

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Quand François Habert imite Marot pour s’en prendre à Jacques Godard (1549) », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 28 février 2020, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/487.