G.M., auteur d’un dizain dans les liminaires du livre VI de l’Amadis, est Mathieu Guinel

Dans une précédente notule, nous avions montré que c’était Mathieu Guinel qui se cachait derrière la signature tronquée “Ma G” et la devise “A un t’humilie”. Il semble non moins assuré que cet auteur, qui a donné plusieurs liminaires pour différents livres de la série des Amadis, soit également celui qui signe le dizain intitulé “A l’Homere d’Amadis” que l’on trouve en tête du livre VI dès l’édition de 1545.

G.M. (Mathieu Guinel), “A l’Homere d’Amadis”, Le Sixiesme livre d’Amadis, Paris, Sertenas [imprimeur : Janot], 1545, f. aij v° [Source : Gallica, exemplaire BnF RES-Y2-97]

De fait, non seulement ces initiales correspondent bien à celles de Guinel (à condition bien sûr que nom et prénom aient été intervertis) mais, surtout, le texte ainsi signé fait clairement écho à celui des pièces d’escorte que Guinel a pu donner pour les livres IV et V.

On observe en effet des points communs aux trois textes. Si le ton élogieux et la promotion de l’ouvrage sont évidemment topiques et ne peuvent avoir la moindre valeur probante, d’autres caractéristiques peuvent en revanche entraîner la conviction :

  • Guinel compare la traduction d’Amadis à d’autres traductions célèbres du temps aussi bien dans le liminaire du livre IV que dans celui du livre VI.
  • Il insiste sur la tomaison (“cinquiesme”, “siziesme”) aux premiers vers des liminaires des livres V et VI et exprime l’attente d’une suite de la série.

Il ne s’agit certes pas là de traits originaux, mais ces points communs donnent tout de même l’impression d’un “patron” que Guinel aurait pu suivre pour composer ces différentes pièces de circonstances et qui n’est pas la norme dans les nombreux autres liminaires ou post-liminaires escortant les différents volumes de la série des Amadis.

Il nous semble donc que la conjonction de cette proximité textuelle des trois pièces d’une part et de la concordance des initiales G.M. avec le nom de Mathieu Guinel d’autre part, permet de lui attribuer sans hésiter la paternité du dizain qui commence “Quoy que des cinq, voire de ce siziesme”.

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « G.M., auteur d’un dizain dans les liminaires du livre VI de l’Amadis, est Mathieu Guinel », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 24 février 2020, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/438.