Nicolas de Herberay, seigneur des Essars (“Hors de cela bien yra”), ami et protecteur de Gilles Boileau de Bouillon

Gilles Boileau de Bouillon, traducteur en français en 1551 de l’Amadis, livre IX, fait l’objet d’une sévère remise en question lors de la réédition de cet ouvrage en 1553. On reproche à ce sujet du Saint-Empire romain germanique d’avoir produit un texte français indigent qui aurait nécessité un profond remaniement par Claude Colet. Michel Simonin a bien montré1 que les différences d’une édition à une autre ne sont pas si importantes qu’elles justifient cette indignation. Assurément, Colet n’a pas retravaillé le texte autant qu’il le prétend. Les raisons pour lesquelles Boileau de Bouillon est vivement pris à parti sont apparemment plus politiques et partisanes que fondées sur sa prétendue incapacité à  s’exprimer correctement en français. Mais on peut tout de même se demander ce qui peut expliquer ce brutal revirement : comment Gilles Boileau de Bouillon a-t-il pu voir deux de ses traductions publiées chez Sertenas en 1550 et 1551 (Commentaire du seigneur Don Loys d’Avila, contenant la guerre d’Allemaigne, faicte par l’Empereur Charles V. es annees 1547 et 1548, puis l’Amadis, livre IX) pour être l’objet, à peine deux ans plus tard et dans un ouvrage publié par le même libraire, d’attaques en règle par Colet et ses amis ? L’évolution des relations entre la France et l’Empire peuvent en partie expliquer ce règlement de compte empreint de chauvinisme. Mais on peut aussi avancer que des circonstances plus personnelles ont joué un rôle dans cette chute de Boileau de Bouillon.

De fait, Nicolas Herberay, seigneur des Essars meurt en 1552. Or ce traducteur des premiers livres d’Amadis semble avoir entretenu de bonnes relations avec le sujet de Charles Quint. Boileau de Bouillon lui dédie le premier ouvrage qu’il fait paraître chez Sertenas (la traduction du Commentaire de Luis de Ávila y Zúñiga) et, dans l’épître dédicatoire en prose qu’il lui adresse (à la fois en espagnol et en français) il évoque l’habitude que les deux hommes ont prise de s’entretenir ensemble en espagnol. Dans le même ouvrage, Nicolas Herberay donne, sous la devise anagrammatique “Hors de cela bien yra” qui n’avait pas permis de l’identifier jusqu’ici2, un liminaire dans lequel il fait l’éloge de Boileau de Bouillon.

Liminaire signé de la devise "Hors de cela bien yra" anagramme pour Nicolas de Herberay (Commentaires, 1551, p. 9).

Liminaire signé de la devise “Hors de cela bien yra” anagramme pour Nicolas de Herberay (Commentaires, 1551, p. 9).

Claude Colet, lui aussi, concède une pièce liminaire. Mais il ne prend pas même la peine, contre tous les usages, de mentionner le traducteur d’origine flamande.

Liminaire de Claude Colet ne mentionnant ni l’auteur ni le traducteur de l’œuvre (Commentaires, 1551, p. 10).

On peut donc supposer que l’influence et la notoriété de Des Essars étaient suffisamment importantes en ce début des années 1550 pour que Gilles Boileau de Bouillon ait été protégé de son vivant. Mais à la mort de cet ami, il se retrouve démuni et sans défense. Et les attaques violentes de Claude Colet, Jean-Antoine de Baïf, Jean-Pierre de Mesmes et Étienne Pasquier ont raison de lui : rabaissé, déconsidéré, il ne publiera plus jamais en France.


1. M. Simonin, “La disgrâce d’Amadis”, Studi Francesi, 82, 1984, p. 1-35 [Réédition dans L’Encre et la Lumière, p. 189-234].
2. Notons que Nicolas Herberay emploie déjà cette devise anagrammatique pour signer en 1550 un autre liminaire, toujours dans une publication de Vincent Sertenas l’Apologie de Marus Equicolus

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Nicolas de Herberay, seigneur des Essars (“Hors de cela bien yra”), ami et protecteur de Gilles Boileau de Bouillon », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 23 février 2020, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/382.