Maurice Scève, de huitains en dizains (1)

Dans le ms. B.N. fr 2334, f. 67 r° et v°, se trouvent deux huitains de Maurice Scève, “Vulquin jaloux reprochoit à sa femme” et “L’ardant desir du hault bien desirer” qui deviendront respectivement les dizains 83 et 82 de La Délie. Il est vraisemblable qu’il s’agisse de premiers états de ces textes. La version de huit vers que l’on trouve dans notre manuscrit était déjà connue pour le dizain 82. Elle a été mise en musique par Certon, dans le Neufviesme livre contenant XXVII chansons nouvelles, Paris, Attaingnant, 1540 et paraît également dans La Fleur de Poesie francoyse, Paris, Lotrian, 1542-1543, f. C3 v°.

Sur ce point, voir :

  • L.-V. Saulnier, Maurice Scève (circa 1500 – 1560), Paris, 1948, reprint Slatkine, 2003, chapitre 13, p. 258-259.
  • L.-V. Saulnier, “Sur trois dizains de Maurice Scève”, Annales de l’Université de Paris, n ° 22, 1952, p. 187-191.
  • Programme du concert des Sorbonne scholars, “J’ai commandé ce chant pour honorer tes vers”. Poésie et musique en France à la Renaissance, Limoges, 21 mars 2014, p. 5-6 (lien).

En revanche, il ne semble pas que de tels états du texte aient été relevés pour le dizain 83.

Notons que, dans notre manuscrit, le premier huitain (futur dizain 83) est incomplet au vers final. Un mot est barré par le copiste au v. 7, difficilement déchiffrable. Dans les deux textes, les vers ajoutés pour constituer les dizains se situent au niveau des v. 6 et 7.

Textes

Les dizains de La Délie sont cités d’après l’édition Joukovsky, Paris, Garnier, 1996, p. 43. Les variantes textuelles des huitains par rapport aux dizains sont soulignées. La place des éléments manquant dans les huitains est indiquée par des traits.

B.N. fr 2334 Délie, dizain 83

Vulquin jaloux reprochoit à sa femme
Qu’amour son filz causoit son adultere
Venus le croit et pour ung tel diffame
Bat son enfant par tresgrand vitupere
Alors amour luy a dict [:] helas mere
——————————————–
——————————————–
Dy moy pourquoy m’as tu bendé la face
Sinon affin que sans le sceu mien pere (sic ?)
N’en voiant le [vers incomplet]

Vulcan jaloux reprochoit à sa femme.
Que son enfant causoit son vitupere.
Venus cuidant couvrir si grand diffame,
Battoit son filz pour complaire à son pere.
Mais lors Amour plorant luy impropere
Maint cas, dont fut le forgeron honteux :
Et de vengeance estant trop convoiteux
Pourquoy, dist il, m’as tu bandé la face ?
Sinon affin qu’en despit du boyteux
Aulcunesfois, non voyant, te frappasse ?

*

B.N. fr 2334 (leçon) ; Attaingnant 1540 ; Fleur 1542 Délie, dizain 82

L’ardant desir du hault bien desirer
Qui aspiroit à celle fin heureuse
A tellement son ardeur attiré
Que le corps vif est desja cendre umbreuse
Et de ma vie en ce point malheureuse
———————————————-
———————————————-
Ne m’est resté que ces deux cignes cy,
L’œil larmoiant pour te rendre piteuse
La bouche, helas, pour te cryer mercy.

L’ardent desir du hault bien desiré,
Qui aspiroit à celle fin heureuse,
A de l’ardeur si grand feu attiré,
Que le corps vif est jà poulsiere Umbreuse :
Et de ma vie en ce poinct malheureuse
Pour vouloir toute à son bien condescendre,
Et de mon estre, ainsi reduit en cendre
Ne m’est resté, que ces deux signes cy :
L’œil larmoyant pour piteuse te rendre,
La bouche ouverte à demander mercy.
  • Voir aussi la notule “Maurice Scève, de huitains en dizains (2)
  • Pour un cas similaire, voir le ms. B.N. fr 3939,  f. 55 v° (signalé par V.-L. Saulnier, art. cit.), qui offre une version, sous forme de huitain, du dizain 37 de La Délie (également liminaire de La deplourable fin de Flamete, Lyon, 1535, sous la forme d’un autre huitain).

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Maurice Scève, de huitains en dizains (1) », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 10 mai 2015, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/35.