D’une enquête anagrammatique. “A un t’humilie”, devise de Mathieu Guinel

L’auteur qui signe “A un t’humilie” est vraisemblablement Mathieu Guinel  actif au milieu des années 1530. On peut fonder cette identification sur plusieurs indices concordants fournis par une des pièces signées de cette devise, “Jeune seigneur, gentil prevost d’Oué“, qui porte au titre la mention abrégée “Ma G Ja de B.” dans le manuscrit B.N. fr 24029.

Ms. B.N. fr 24029, détail du f. 132 v° – Titre de la pièce “Ma. g. Ja. de b.”

Ms. B.N. fr 24029, détail du f. 133 v° – Signature de la pièce par la devise “A ung te humilie”.

Cette formule énigmatique désigne d’une part l’auteur et d’autre part le destinataire de l’épître. Si l’on accepte par ailleurs l’hypothèse de Jane H. M. Taylor selon laquelle la devise “A un t’humilie” (parfois, comme ici, “A ung te humilie”) serait l’anagramme de l’auteur, il faut observer que seules les premières initiales (Ma G) se retrouvent dans cette devise et que ce sont donc elles qui désignent le poète, tandis que les suivantes (Ja de B) réfèrent vraisemblablement au destinataire du texte.

On pourrait d’abord penser que celui-ci serait Jacques de Bigue car le manuscrit B.N. fr 24029 contient précisément, aussitôt après l’épître qui nous occupe, une autre pièce de cet auteur. Toutefois celui-ci est déjà actif sous Charles VIII et Louis XII. Comme l’épître date vraisemblablement du milieu des années 1530 (on la trouve notamment dans un autre manuscrit, le B.N. fr 4967, qui semble ne contenir que des textes de cette époque), Jacques de Bigue n’est plus un jeune homme à l’époque de sa rédaction. Il ne correspond donc pas au profil du destinaraire de l’épître, tel que l’esquisse le poème : un très jeune homme qui vient de perdre son père et qui est prévôt d’Oué – près de Tours C’est donc bien plutôt à Jacques II de Beaune que doivent se référer les initiales “Ja de B”. De fait, ce notable tourangeau, né c. 1520, a perdu son père, Guillaume de Beaune, en 1534. Le manuscrit B.N. fr 24029 contient en outre au moins un texte concernant le seigneur de Semblançay, son aïeul exécuté, et une épitaphe par Clément Marot de son autre grand-père Jean Cottereau, chevalier seigneur de Maintenon.

Pour ce qui concerne à présent l’identification de l’auteur, le titre indique la position de trois des lettres de l’anagramme : le prénom commence par “Ma” et le nom de famille par “G”, ce qui permet une première réduction du nombre de combinaisons possible. La devise comporte par ailleurs les lettres du prénom “Mathieu”, qui s’impose avec la force de l’évidence. Avec les lettres restantes – un U (qui pourrait être un V), un I (qui pourrait être un J), un E, un L et un N – près de cinq cents combinaisons restent théoriquement possibles, mais on peut réduire ce nombre à une quarantaine de possibilités environ en retirant les séquences de lettres impossibles ou très rares en français. Dans cette liste réduite, la recherche d’un nom qui aurait pu être porté par un auteur de vers composé dans les années 1530 révèle l’existence d’un Mathieu Guinel, auteur entre autres d’épitaphes du dauphin François mort en août 1536 (deux latines – ici et – et leurs traductions françaises – ici et ), ainsi que de deux autres du chancelier Antoine du Bourg, mort en novembre 1538 (voir ici et ).

Détail du f. 149 v°, ms. Dupuy 736. Dans l’encadré, on distingue l’attribution de l’épitaphe à Matheus Guinellus.

Détail du f. 196 r°, ms. Dupuy 736. Dans l’encadré, on distingue l’attribution de l’épitaphe à Mathieu Guinel.

L’hypothèse se trouve définitivement corroborée par le fait que ce Mathieu Guinel ou Guignel a servi le baron de Semblançay : le lien avec la famille de son destinataire Jacques II de Beaune se trouve ainsi établi. Et il est donc possible de considérer que les textes signés “A un t’humilie” dans d’autres imprimés – notamment dans les pièces d’escorte des livres IV et V de L’Amadis de Gaule – sont eux aussi de Mathieu Guinel.

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « D’une enquête anagrammatique. “A un t’humilie”, devise de Mathieu Guinel », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 18 mai 2019, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/346.