Sur les traductions françaises des Métamorphoses d’Ovide dans les années 1520-1560

Nous nous proposons ici de livrer une présentation synthétique des différentes traductions françaises des Métamorphoses d’Ovide composées et diffusées entre le milieu des années 1520 et la fin des années 1550 en agrégeant…

  • les informations fournies par Marine Molins dans sa communication intitulée “Les traductions d’Ovide et de Virgile (1515-1580). Une politique royale” et prononcée lors des journées d’étude La représentation du couple Ovide-Virgile dans la tradition critique et littéraire, (5 et 6 nov. 2010) organisées par S. Tarantino et F. Klein (Lille III)
  • ainsi que dans son article “Les desseins de François Habert et la situation de sa traduction des Métamorphoses dans la compétition poétique du milieu du XVIe siècle”, François Habert, poète français (1508 ? – 1562 ?), études réunies par Bruno Petey-Girard et Sylviane Bokdam, Paris, Champion, p. 167-182
  • avec celles que nous avons pour notre part réunies en dépouillant des manuscrits et des imprimés de l’époque. Ces dernières figurent en bleu dans le premier tableau.

La liste ainsi établie n’est pas forcément exhaustive et elle pourra évoluer si nous découvrons de nouveaux textes. Nous la présentons sous la forme de deux tableaux, le premier organisé selon l’ordre chronologique, le second en suivant l’ordre des livres des Métamorphoses.

Premier tableau – ordre chronologique
Dates Traducteurs Passages des Métamorphoses concernés Commentaire et sources
1526 Clément Marot Fragments non identifiés Lecture à la cour d’un premier état de traduction. Une lettre de Marot en fait état. Elle est mentionnée par M. Molins et par Defaux, dans son édition des Œuvres poétiques de Marot, t. II, p. 405-407.
1533 Michel d’Amboise Fable de Biblis et Caunus (livre IX) Cent épigrammes, Paris, Lotrian, s.d. [1533], en cours d’édition par X. Bonnier
1534 Clément Marot Livre I Roffet, 1534. Mentionné par M. Molins.
1535-40 Jacques Colin fin du livre XII et une moitié environ du livre XIII Mss. B.N. fr 2328 (offert à François Ier)
et B.N. fr 2329 (offert au dauphin Henri)
1537 Michel d’Amboise Livre X Le dixiesme livre des Metamorphoses d’Ovide, Paris, A et C. Les Angeliers, 1537, mentionné par Nicéron, longtemps réputé perdu, retrouvé par G. Berthon et en cours d’édition par S. Provini
1537-40 Louis Des Masures Fable de Biblis et Caunus (livre IX) Ms. B.N. fr 12795. Anonyme dans ce témoin. L’attribution se fait d’après l’édition collective de 1557, voir infra.
1541 François Habert Fables de Pirame et Thisbé (livre III) et de Narcisse (livre IV) Jeunesse du Banny de Liesse, Paris, Janot, 1541. Mentionné par M. Molins
1543 Clément Marot Livre II Dolet, 1543. Mentionné par M. Molins et Defaux, op. cit., p. 1192.
1544 Anonyme /
Guillaume Bochetel ?
Fable de Biblis et Caunus (livre IX) Hecuba, Paris, R. Estienne, 1544. Aucune attribution ne figure explicitement dans ce recueil mais on peut faire l’hypothèse que toutes les pièces qui y sont collectées sont du même auteur. Or l’œuvre principale, la traduction d’Hecuba, est aujourd’hui attribuée à Bochetel.
1547 Jacques Colin fin du livre XII et une moitié environ du livre XIII Proces d’Ajax et d’Ulysses, Lyon, P. de Tours, 1547
1548 Louis Des Masures Fable de Biblis et Caunus (livre IX) Projet éditorial du Livre de plusieurs pièces, à partir des éditions de 1548. Publication anonyme dans ces ouvrages polygraphiques. L’attribution se fait d’après l’édition collective de 1557, voir infra.
1549 François Habert Livre III Ms. Chantilly 450. Mentionné par M. Molins.
1549 François Habert Livres II à VI et XIII-XIV Six livres de la Métamorphose d’Ovide traduits par Françoys Habert, Paris, M. Fezandat, 1549. Mentionné par M. Molins.
1556 Barthélemy Aneau Livres I à III Lyon, Rouillé-Bonhomme, 1556. Aneau reprend et corrige la traduction des livres I et II par Marot et indique qu’il connaît la traduction du livre III par Habert. Il explique que sa propre traduction est antérieure. Mentionné par M. Molins.
1557 Louis Des Masures Fable de Biblis et Caunus (livre IX) Œuvres poëtiques de Louis des Masures, Lyon, J. de Tournes et G. Gazeau, 1557. Mentionné par M. Molins.
1557 François Habert Livres I à XV Paris, Kerver, 1557. Publication de la traduction par Habert de l’intégralité des Métamorphoses, livres I et II compris (la version de Marot n’est pas reprise). Mentionné par M. Molins, dans une édition Groulleau (peut-être partagée avec Kerver).
Second tableau – ordre du texte
Métamorphoses Traducteurs Dates
Livre I
Marot
Aneau
Habert
1534
av. 1556
1557
Livre II
Marot
Aneau
Habert
1543
av. 1556
1557
Livre III
Habert
Aneau
1541 (en partie) ; 1549 (complet)
av. 1556, p.ê. av. 1549
Livre IV Habert 1541 (en partie) ; 1549 (complet)
Livre V Habert 1549
Livre VI Habert 1549
Livre VII Habert 1557
Livre VIII Habert 1557
Livre IX
Amboise (en partie)
Des Masures (en partie)
Bochetel ? (en partie)
Habert
1533
1537
1544
1557
Livre X
Amboise
Habert
1537
1557
Livre XI Habert 1557
Livre XII
Colin (en partie)
Habert
1547
1557
Livre XIII Colin (en partie)
Habert
1547
1549
Livre XIV Habert 1549
Livre XV Habert 1557

On peut notamment retenir de ces éléments :

  • que la traduction de Louis Des Masures, apparemment repérée jusqu’ici seulement dans le recueil collectif de ses Œuvres poétiques parues en 1557 a été composée au moins vingt ans auparavant et a d’abord connu une diffusion anonyme, via un manuscrit et des recueils polygraphiques
  • que l’épisode de la fable de Biblis et de Caunus, tirée du livre IX, qui a connu trois traductions différentes par Amboise, Des Masures et peut-être Bochetel en l’espace d’une dizaine d’années, entre 1533 et 1544. Cet engouement pour le même passage de l’ouvrage d’Ovide engage à se demander s’il n’y aurait pas eu, autour de ce texte spécifique, un jeu poétique sur le mode d’une aimable émulation ou d’un concours, d’autant qu’on ne peut pas totalement exclure que les traductions de Des Masures et de Bochetel ait pu être composée à peu près à la même période que celle d’Amboise, c’est-à-dire sensiblement au moment où Marot lui-même préparait apparemment son projet de traduction.
  • que sous le règne de François Ier on dénombre au moins sept traducteurs différents des Métamorphoses, qui prennent en charge une petite partie de l’ouvrage – parfois d’ailleurs la même -, alors que sous Henri II Habert obtient le privilège royal qui lui donne l’exclusivité sur cette traduction, qu’il accomplit intégralement. Le rapport à cette entreprise évolue donc considéralement d’une période à l’autre.

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Sur les traductions françaises des Métamorphoses d’Ovide dans les années 1520-1560 », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 3 août 2019, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/317.