Rien ne prouve que “Conformité de l’Amour au navigage” soit de Jacques Colin

Abbé Goujet, Bibliotheque françoise ou Histoire de la litterature françoise, t. XII, p. 444 [source du cliché : Gallica]

L’abbé Goujet attribue “Conformité de l’Amour au navigage” à Jacques Colin en se fondant sur la présence du texte dans un ouvrage qui ne comporte que des œuvres écrites ou traduites par cet auteur, Le procès d’Ajax et d’Ulisses, Lyon, P. de Tours, 1547. Or la consultation de la numérisation de l’exemplaire qui en est conservé à la B.N.F., permet de constater que ce poème n’y figure pas.

L’argument infondé de l’abbé Goujet est pourtant repris par Bourilly, et de ce fait l’attribution est depuis communément admise. L’erreur initiale procède peut-être d’une confusion entre Le procès d’Ajax et d’Ulysses et le recueil polygraphique du Livre de plusieurs pièces. Ce  projet éditorial complexe, d’emblée fondé sur l’agrégation d’éléments disparates publiés par ailleurs, connaît plusieurs états et rééditions, parfois sous des titres différents. Notamment, la réédition de Corrozet-L’Angelier, 1548, reproduit et réorganise les pièces que l’on trouve dans la version précédente, Corrozet, 1546 – et dont “Conformité de l’Amour au navigage” faisait déjà partie (voir ici). À cette base sont ajoutées quelques pièces ou groupe de pièces tirés d’autres publications antérieures, qui sont soit intercalés dans cet ensemble, soit ajoutés à la fin. Précisément, du f. 78 v° à 116 v° l’imprimeur reproduit les pièces de Colin publiées dans Le Procès d’Ajax et d’Ulysses. Et à la suite du dernier de ces poèmes, au f. 117 r°, se trouve “Conformité de l’Amour au navigage”.

La réédition lyonnaise du Livre de plusieurs pieces fournie par Bacquenois en 1548 se fonde sur Corrozet, 1548, mais les pièces évoquées se trouvent du f. 74 r° à 103 v° et la dernière pièce de l’ensemble Colin figure sur le même feuillet que le début du poème “Conformité de l’Amour au navigage”. En outre, la mise en page, avec un titre courant “Confor. de l’Amour” placé au dessus du titre de “Venus faisant à son filz sa complaincte”, peut favoriser une confusion entre cette dernière pièce effectivement de Colin et le poème issu des éditions antérieures du recueil polygraphique. Ce cliché extrait de la numérisation de l’ouvrage sur Gallica permet de le constater. 

On sait que Goujet n’a pas consulté cette édition, mais celle de Bacquenois-Payen parue en 1549. Pour notre part, nous n’avons pas vu cette dernière mais comme elle est réputée reproduire à l’identique celle de Bacquenois, 1548, il est possible qu’on y trouve la même mise en page trompeuse. En tout état de cause, le contenu et l’ordre adopté y sont assurément les mêmes.

Quelle que soit l’origine de l’erreur de Goujet, il faut de toutes façons conclure que puisque, contrairement au Procès d’Ajax et d’Ulisses, Le Livre de plusieurs pieces réunit des œuvres d’auteurs variés et anonymes, rien ne vient plus fonder une attribution de “Conformité de l’Amour au navigage” à Jacques Colin.

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Rien ne prouve que “Conformité de l’Amour au navigage” soit de Jacques Colin », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 3 août 2019, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/303.