Identification de M.R.R., ami de Paul Angier

Dans L’Expérience de Paul Angier, ensemble poétique de sept pièces composé dans le cadre de la Querelle des Amyes et publié (pour tout ou partie) dans les différentes éditions du recueil polygraphique du Mespris de la cour (1544 et suivantes), la pièce principale, L’Honneste amant, est suivie d’épigrammes post-liminaires. Parmi celles-ci, les deux derniers textes de l’édition princeps Galiot du Pré, 1544 forment un échange constitué d’un rondeau que Paul Angier adresse à un ami désigné par les initiales M.R.R. et d’une réponse de celui-ci, sous la forme d’un dizain, signé de la devise « Fors Dieu tout passe » (voir les deux clichés infra).

Or, comme nous l’apprennent l’édition posthume du Miroir d’éternité (Caen, Pierre Le Chandelier, 1589) et une épitaphe gravée dans l’église Notre-Dame de Carentan, dans le département de la Manche (voir ici, 7e cliché de la page), cette devise est celle d’un prélat normand, mort en 1560, Robert Le Rocquez. De fait, ce prêtre, tout comme Paul Angier, était originaire de Carentan. Il faut donc lire les initiales M.R.R. comme l’abréviation de la dénomination « Messire (ou Monsieur) Robert Le Rocquez ».

Jusqu’ici, cet auteur n’avait pas été identifié. L’enquête était d’autant moins aisée à mener que les différents imprimeurs de la série concernant la Querelle des Amyes ont soit supprimé les pièces de l’échange Angier / Le Rocquez (cf. Opuscules d’amour, Lyon, Jean de Tournes, 1547), soit conservé uniquement le dizain de M.R.R. sans qu’il soit possible de le rattacher à son destinataire initial. De façon générale, on observe chez ces imprimeurs une tendance à déstructurer l’unité du recueil de Paul Angier. Ainsi, dans les éd. du Mespris de la Court,

le dizain de Robert Le Rocquez est placé entre L’Amye de Court de Bertrand de la Borderie et La Contr’Amye de Court de Charles Fontaine, au cœur d’un groupe d’épigrammes associées respectivement, dans les éditions précédentes, à ces deux opuscules. Une pièce de Paul Angier figure dans ce bref ensemble, mais il ne s’agit pas du rondeau de l’échange et le texte n’est pas placé à côté du dizain. Du fait de ce dispositif éditorial, il est donc impossible de comprendre que « l’autheur » ami de M.R.R. est Paul Angier.

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Identification de M.R.R., ami de Paul Angier », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 16 août 2017, [En ligne] https://notules16.hypotheses.org/237.