Un contrafactum non repéré de Marguerite de Navarre

Nathanaël Weiss conclut son article sur “Paris et la Réforme sous François Ier”, (Bulletin historique et littéraire de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, 43 | 5, 1894, p. 270) en imaginant que Marguerite de Navarre, quelques instants avant de mourir, chantait son huitain “Je cherche aultant la croix et la desire” (Jonas 28162), pièce de vers que Charles Schmidt (“Le mysticisme quiétiste en France au début de la réformation sous François Ier“, Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 6 | 12, 1858, p. 456) pensait écrite “peu de temps avant sa mort”, comme invitent en effet à le penser la place et parfois le titre de la chanson dans ses témoins manuscrits.

Si Richard Cooper est revenu sur cette datation (Marguerite de Navarre, Œuvres complètes, t. VIII. Chrétiens et mondains, poèmes épars, coll. “Textes de la Renaissance” n°131, Paris, Champion, 2007, p. 48) et situe plutôt la composition de la pièce en 1545, il ne semble en revanche pas avoir repéré l’existence d’une chanson profane (Jonas 28171) qui conforte sa datation car elle est justement imprimée pour la première fois dans un recueil de musique en cette même année 1545.

“Je cherche autant amour et le desire”, mise en musique par Boyvin ou Thomas Crécquillon, voix de ténor, Attaingnant, RISM. 1545/12 [Source : BSB].

Les vers de Marguerite en sont sans doute le contrafactum, comme on peut en juger en comparant les deux huitains.

Transcription régularisée des textes, ponctuation introduite
Chanson de Marguerite de Navarre, Ms. BnF fr 12485, f. 119 r Chanson anonyme mise en musique par Boyvin ou Crequillon, Paris, Attaingnant, 1545, f. 2 r (RISM. 1545/12]
Je cherche aultant la croix et la desire
Comme aultresfois je l’ay voullu fuyr,
Je cherche aultant par tourment d’en joyr
Comme aultresfois j’ay crainct son dur martyre
Car ceste croix mon ame à dieu attire,
C’est le chemin tres seur pour l’aller veoir.
Parquoy les biens qu’au monde puis avoir
Quicter je veulx : la croix me doibt suffire.
Je cherche autant amour et le desire
Comme aultres fois je l’ay voulu fouyr,
Je cherche autant en desirant jouyr
Comme aultres fois je n’eusse osé le dire.
Trouver ne puis aultre amour sans desdire
Le mien premier et obliger debvoir
Qui rend heureux et content mon sçavoir
Sans plus chercher cela me doibt suffire.

Faute de pouvoir dater plus précisément les deux textes et d’établir avec certitude l’antériorité de l’un sur l’autre, on pourrait bien sûr penser que le contrafactum s’est opéré dans l’autre sens et que c’est la chanson profane qui détourne la chanson spirituelle. Néanmoins, on sait que la reine de Navarre s’est déjà prêtée au jeu du contrafactum. En outre son texte, si célèbre soit-il aux yeux de commentateurs modernes du fait de cette légende qui en associe les vers aux ultima verba de la reine, ne connaît toutefois en son temps qu’une diffusion restreinte : nous n’en connaissons plus que deux témoins manuscrits et l’attestation imprimée parue chez Boudeville en 1552 (Scripta Manent 39590) est trop tardive pour avoir inspiré l’auteur de la chanson profane. Cette dernière, en revanche, est diffusée par l’imprimé dès 1545, et avec un certain succès sans doute puisqu’elle est rééditée, également en 1552, dans la même mise en musique (mais cette fois attribuée à Thomas Crequillon par l’imprimeur) puis, accompagnée d’une nouvelle partition signée Gardane, en 1555. Le scénario selon lequel la reine de Navarre a pu lire ou entendre la chanson d’amour et y trouver matière à détournement est donc le plus probable. Et, dans cette mesure, l’identification de cette source permet donc d’identifier l’air (le premier publié) sur lequel Marguerite entendait sans doute que l’on chante son poème. Le second air, composé par Gardane, pourrait évidemment être utilisé si l’on envisageait de mettre en voix la pièce. Mais, publié trois ans après la mort de la reine, il ne circulait sans doute pas encore lorsque “Je cherche aultant la croix” a été composé.



Citer ce billet
Claire Sicard (2023, 29 août). Un contrafactum non repéré de Marguerite de Navarre. Notules XVI. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sfpb

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search