“Qui vouldra scavoir qui je suis” : d’une énigme anonyme chantée à une farce de Marguerite de Navarre

Verdun-Léon Saulnier (“Études critiques sur les comédies profanes de Marguerite de Navarre”, BHR, vol. 9, 1947, p. 58-61) avait déjà noté la proximité de plusieurs passages de l’étonnante farce Trop, prou, peu, moins de Marguerite de Navarre (Jonas 28169) avec des proverbes populaires. Il avait également l’intuition que les dix premiers vers de la pièce “sent[ait] le coq à l’âne de proverbe”, mais sans identifier que l’incipit de la pièce était le même que celui d’une énigme composée avant 1538 et qui circulait par la musique (voir Jonas 24135).

En 1538, date de la première publication imprimée connue de ce huitain dans des livres de musique, le texte circule aussi bien à Paris chez Attaingnant (RISM 1538/11) qu’à Lyon chez Moderne (RISM [1538]/15) dans une mise en musique de Sandrin. Elle sera encore diffusée quarante ans plus tard, dans une composition de De Bussy, chez Le Roy et Ballard (RISM 1578/15). La pièce anonyme circule également par le manuscrit (BnF fr 1667, Rothschild 2965 et Soissons 199) avec d’importantes variantes, peut-être cohérentes avec une circulation orale du texte, via la chanson.

Marguerite de Navarre ouvre donc sa farce – composée entre le milieu des années 1530 et le milieu des années 1540 – par l’incipit de la chanson / énigme. Certes l’énoncé “Qui vouldra scavoir qui je suis” est suffisamment courant pour qu’on puisse penser que cette concordance n’est que le fruit du hasard. Néanmoins d’autres indices plaident bien pour un clin d’œil intertextuel à la chanson, qui devait avoir un petit succès à la fin des années 1530 pour être la même année imprimée et à Lyon et à Paris, qui avait peut-être d’ailleurs connu une diffusion musicale populaire avant même d’être mise en musique par Sandrin et qui avait donc de bonnes chances d’être arrivée aux oreilles de la reine.

De fait, le v. 2 de la chanson dans lequel figure l’adverbe “peu”, relu au prisme de la farce, fait plaisamment écho au nom du personnage de la pièce portant ce nom. Mais surtout le v. 3 de la réplique liminaire de Trop invite ceux qui voudraient “scavoir qui [il est]” à “parle[r] à ceulx qui plus hault chantent” ce qui feuillette les niveaux de référence à la chanson, puisque d’une part ce vers est manifestement décalqué du v. 2 de l’énigme (“Qu’on parle à ceux que peu je hante” / “Et parle à ceulx qui plus hault chantent”) et qu’il emploie d’autre part à la rime le verbe “chanter”, comme pour créer avec le lecteur ou le spectateur de la pièce un effet de connivence supplémentaire autour de la source effectivement musicale de ce début de pièce. Le fait que la première longue tirade de six dizains soit intégralement bâtie sur la juxtaposition d’une série d’énigmes ne vient que conforter la référence au huitain anonyme.

Proverbes, chansons, énigmes : malgré le grand nombre de références à la culture populaire ou semi-populaire déjà identifiées par Saulnier et les éditeurs modernes de la pièce (Marguerite de Navarre,Œuvres complètes, t. IV, Théâtre, éd. Geneviève Hasenohr et Olivier Millet, Paris, Champion, 2002, p. 301-364 et 576-585), il y en a sans doute encore d’autres qui nous échappent. Leur repérage ne relève pas seulement d’un plaisir d’érudition : il permet à la fois de mieux cerner une méthode d’écriture – par bouts collés d’éléments supposés identifiables par un spectateur de même culture, proche en effet du coq-à-l’âne et jouant de la connivence – et d’approfondir la compréhension d’un texte aussi plaisant que destabilisant.



Citer ce billet
Claire Sicard (2023, 2 août). “Qui vouldra scavoir qui je suis” : d’une énigme anonyme chantée à une farce de Marguerite de Navarre. Notules XVI. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sfpa

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search