Un fragment de l'”Oraison à notre seigneur Jésus-Christ” de Marguerite de Navarre dans le ms. BM Dijon 121

Sous le titre “Oraison à Dieu le père”, Pierre Rézeau repère dans un livre d’heures manuscrit de la fin du XIVe siècle conservé à Dijon (BM Dijon, 121), un ajout de 19 vers datant du XVIe siècle (Répertoire d’incipit des prières françaises à la fin du Moyen Age, Genève, Droz, 1986, p. 285, notice R 514) dont il n’identifie pas l’auteur, ou en l’occurrence l’autrice. Or il s’avère que les premiers vers qu’il donne de cette prière, “Mon createur qui avez cognoissance / Devant l’heure de mon estre et naissance” sont de Marguerite de Navarre : ils ouvrent une longue Oraison à nostre seigneur Jesuchrist dont les 18 strophes, qui ne sont pas tout à fait régulières, font toujours à peu près 18 vers, ce qui concorde globalement avec le fragment copié. Le texte se trouve au long dans un ms. conservé à Vienne (ÖNB, 3525, voir ici la fiche Jonas correspondante) mais on lui connaît surtout une importante diffusion imprimée, notamment à la suite du Miroir de l’ame pécheresse (voir ici la fiche texte Scripta Manent correspondante) dans les années 1530. Cette source supplémentaire, jusqu’ici non identifiée, constitue un témoignage quant à la façon dont ce texte a pu circuler, y compris sous une forme très fragmentaire.



Citer ce billet
Claire Sicard (2023, 3 juillet). Un fragment de l'”Oraison à notre seigneur Jésus-Christ” de Marguerite de Navarre dans le ms. BM Dijon 121. Notules XVI. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sfp9

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search