Circulation d’appendices en sous-main : Philibert de Vienne, Pyrame, Thisbé, la nation des jaloux et Jeanne de Marnef

À  la fin de la Micropædie de Jean Paradin dans l’édition parisienne de 1547 parue à l’adresse d’Étienne Groulleau, on trouve deux pièces de vers placées en appendice, qui ne figuraient pas dans l’édition princeps parue l’année précédente à Lyon chez Jean de Tournes et dont le rapport avec le reste de l’ouvrage paraît à première vue difficile à saisir. Il s’agit d’une part de “La complaincte que fist Thisbé à son amy Pyram, quand elle revint souz l’arbre, et le trouva mort” signée des initiales L.A.D.V., et d’autre part de l’épigramme “Aux jaloux” fournie sans aucune indication d’auctorialité.

Nous avions déjà fait l’hypothèse que les initiales signant la première pièce pouvaient correspondre à Philibert de Vienne, qui se fait appeler LAmoureux De Vertu. En revanche, nous n’étions pas totalement certains que les deux textes, malgré des thématiques amoureuses complémentaires et leur commune position en appendice de l’œuvre de Paradin, étaient forcément du même auteur. La consultation des Devis amoureux de Philibert de Vienne permet et de confirmer l’hypothèse d’identification et de renforcer l’impression que les deux textes sont faits pour aller ensemble.

En effet, l’unique édition de ces Devis amoureux, traduictz nagueres de Grec en Latin, et depuis de Latin en François, par l’Amoureux de Vertu, ouvrage paru chez Gilles Corrozet en 1545, est clairement la source de l’emprunt de l’édition Groulleau : l’on y trouve, également en position d’appendice, ces deux mêmes pièces, cette fois avec le pseudonyme complet qui sert à signer l’œuvre principale, et non pas seulement l’acronyme.

La complainte de 90 hexasyllabes et le dizain viennent compléter là un ouvrage dont toutes les pièces, à l’exception d’un liminaire de Claude Colet, sont bien de Philibert de Vienne. On peut donc penser que les deux poèmes, sans doute pour combler des feuillets restés blancs à la fin de l’ouvrage de 1547, ont été copiés de l’édition Corrozet. Dans l’atelier de Groulleau, on a néanmoins pris soin non pas de supprimer toute prise à l’identification de l’auteur des textes (et conséquemment de leur source, puisque les Devis sont bien présentés dès leur page de titre comme traduits par cet “Amoureux de Vertu” dont l’identité n’est jamais directement fournie mais qui peut tout de même être plus facilement comprise du fait de l’emploi conjoint de la devise de Philibert de Vienne, “En Dieu Me Fie”) mais de l’estomper encore un peu plus en recourant à l’obscur acronyme.

On peut se demander ce qui a présidé à l’élection de ce couple de pièces dans l’atelier de Groulleau au moment de la conception de cet ouvrage. De fait, les liens entre Groulleau et Corrozet ne semblent pas directs ou, en tout cas, ne passent pas a priori par des collaborations clairement affichées. Faudrait-il y voir la marque de l’intervention de Vincent Sertenas, avec lequel Groulleau collabore activement et qui a également été en affaires avec Corrozet quelques années plus tôt, en 1542, pour une réédition de L’amie de court ? Il s’avère que l’imprimeur de ce même ouvrage est Denis Janot et que celui-ci a également travaillé pour Corrozet au moins à une autre reprise, pour une édition de 1535 des Anticques érections des Gaules. Dans ces conditions, le lien pourrait plutôt s’être fait par Jeanne de Marnef, veuve Janot, qu’épouse Étienne Groulleau quelques mois avant la réédition du recueil de Paradin, en novembre (ou août ?) 1546. Cette dernière hypothèse est d’autant plus vraisemblable que, comme l’indique Élise Rajchenbach (« Être veuve ­d’imprimeur. Les stratégies éditoriales de Jeanne de Marnef, veuve Janot (1545-1547) », Paroles dégelées. Propos de l’Atelier XVIe siècle, dir. Isabelle Garnier et alii, Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 645 note 5 et 646) Jeanne de Marnef est impliquée dans cette production empruntée à Jean de Tournes.

On peut se plaire à penser que si Jeanne de Marnef a effectivement joué un rôle dans le choix de ces pièces bouche-trou, elle a pu ne pas seulement les retenir parce que leur longueur correspondait bien au nombre de feuillets restant à combler, mais aussi parce que la complainte amoureuse du “je” féminin de Thisbé et l’épigramme fermement hostile à la “mauldite nation” des jaloux était d’une part à son goût – ces textes sont cohérents avec d’autres publications de poésie amoureuse et/ou relevant d’une matière mythologique sorties de ces presses sous sa seule responsabilité, par exemple les Rymes de Pernette Du Guillet (voir É. Rajchenbach, art. cit., p. 640) – mais aussi particulièrement opportunes au seuil de ce nouveau mariage. Et si le nom de Jeanne de Marnef ne figure ni sur la page de titre ni au colophon de la Micropaedie, plongé dans l’obscurité par la mise en avant du nouveau maître de l’atelier, cette femme du livre a néanmoins pu laisser, par ces deux pièces finales, une (très légère) trace du travail qu’elle poursuivait autour des presses. En filigrane, elle nous a peut-être aussi laissé une empreinte plus autobiographique, à la faveur d’un jeu de persona où Philibert de Vienne, auteur-homme estompé faisant parler un personnage mythologique féminin offre involontairement, et comme incidemment du fait du dispositif adopté dans un nouveau livre auquel il n’a nulle part, une instance prête-voix à une femme bien réelle mais elle aussi estompée, celle qui, “en lisant en écrivant”, contribue à concevoir et à fabriquer ce nouveau livre.

Un tel glissement du sens, qui passerait alors par la lecture, l’appropriation et  la mise en “belle forme de livre”, pourrait nous donner à entendre l’écho lointain d’un cri, lourd d’une plainte et d’une colère de 1547 : celui du regret persistant que Jeanne-Thisbé éprouverait au souvenir de feu Denis-Pyrame, en même temps que celui de son ferme refus d’une jalousie, qui pourrait bien faire écho à l’expérience de sa nouvelle situation maritale.


Appendice. Transcription des textes de Philibert de Vienne

Les textes sont régularisés et collationnés sur l’exemplaire de la BnF, Res. P-Y2-3137 de l’édition princeps (1545), qui ne différe de la reprise de 1547 que sur le plan des graphies.

“La complaincte que fist Thisbé à son amy Pyram, quand elle revint soubz l’arbre, et le trouva mort. L’Amoureux de Vertu”

Helas, que malheureuse
Fille amante je suis,
O fille trop paoureuse,
Ou bien trop amoureuse !
Vivre plus je ne puis.

Devois je craindre beste,
Veu qu’Amour est le puis
De hardiesse honneste ?
O faulte manifeste !
Vivre plus je ne puis.

Qu’est ce qui nous pourmeine ?
Qu’est ce qui te fait mort ?
Qu’est ce qui tant nous meine ?
Aurons nous tant de peine
A cercher nostre mort ?

Ce n’est Dieu ne Fortune
Qui me met en ces chantz,
C’est la nuict importune.
L’heure n’est opportune
Pour nous esbatre aux champs.

Pyram, je suis en vie,
Tu ne le pensois pas.
Ta mort me fait envie,
Car Amour me convie
A suyvre ton trespas.

J’ay perdu ma pensée,
Mon ame, et souvenir :
Ma vie est trespassée :
Je suis de moy laissée :
Que puis-je devenir ?

Dame Venus peult elle
Ce deshonneur ouyr,
Qu’Amour soit en tutelle ?
Puis que la mort cruelle
Empesche le jouyr ?

Je m’estois esveillée
A l’assignation
Que tu m’avois baillée.
Las, mal est conseillée
Trop grande affecrtion.

Pyram, ta bonne grace
Ne dormoit pas aussi,
Tu suyvois bien ma trace :
Mais j’ay laissé ma place,
Dont te requiers mercy.

L’oy-je point qui souspire ?
O pauvre humanité !
Parle, là, veulx tu dire
Que tu seuffres martyre
Pour ta credulité ?

C’est moy que voulois suyvre,
Par qui tu t’es là mis :
C’est moy qui n’en puis vivre.
Souvent craincte ne livre
Ce qu’Amour a promis.

Si ay-je eu la hardiesse
De sortir à minuict,
Pour tenir ma promesse :
Et ay couru sans cesse
Fille, seule, de nuict.

Tant hastoit ma venue
Ce, que je n’auray point,
Que sans estre congneue
Je sortis demy nue
Ne pensant qu’à ce poinct.

Maintenant suis presente
Vive et morte à demy,
De mon feu mal contente,
Qui fait que je lamente,
La mort de mon Amy.

Fault il qu’un Amant meure
Si pres de son desir ?
Fault il que j’y demeure ?
Que n’attens tu une heure,
Mort, pour les deux saisir ?

Est ce cy le grand ayse,
Venus, de vostre jeu ?
Pyram, Que je te baise.
Las, ton corps ne m’appaise
Il n’y a plus de feu.

Du coup de ton espée
Tu n’as mon corps touché :
Si en sens je frappée
Ma vie enveloppée
En ton corps, là couché.

Puis que mon ame est morte
Le corps s’en sentira.
J’ay la main assez forte,
Ton ame, que je porte
Après toy s’en ira.

“Aux Jaloux”

Amour n’est point où l’Amant se deffie,
De telle Amour se couvre inimitié.
Quand l’un des deux, craignant, se crucifie,
Dictes qu’il n’a recouvré sa moytié.
Car deux Amans, que leur Dieu par pitié
D’un seul dard poingt, n’ont qu’une affection,
Ainsi l’amy a domination
Sur le vouloir dont l’Amye est saisie.
Ne pensez doncq'[,] mauldicte nation[,]
Que soit Amour qui cause Jalousie.


[Ajout du 28 octobre 2023]. Une notice de la bibliothèque municipale de Versailles semble indiquer qu’a pu paraître dès 1545 une édition de (ou comprenant) la Complainte de Philibert de Vienne, déjà signée des seules initiales “L.A.D.V.” et selon toute vraisemblance sortie des presses de Jeanne de Marnef déjà veuve mais pas encore remariée à Étienne Groulleau. Sans corroborer notre hypothèse concernant le rôle de cette femme du livre dans la publication de 1547, nous observons néanmoins que l’existence de cette parution (peut-être sous forme de plaquette ? cela resterait à vérifier exemplaire en main) est compatible avec ce scénario.



Citer ce billet
Claire Sicard (2023, 3 juin). Circulation d’appendices en sous-main : Philibert de Vienne, Pyrame, Thisbé, la nation des jaloux et Jeanne de Marnef. Notules XVI. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sfp7

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search