« Tant, tant est trop, et trop n’est pas durable » ou comment suivre les vers d’autrui

Exposé du cas :

  • un huitain attribué à F Ier est parfois un dizain, par adjonction à la fin d’un distique liminaire ailleurs : voir http://jonas.irht.cnrs.fr/consulter/oeuvre/detail_oeuvre.php?oeuvre=21498
  • un seizain est parfois un 18ain par adjonction du même distique liminaire, mais cette fois au début. La pièce peut être attribuée à FIer d’après Bern 148 (non repéré par Kane qui ne connaît pas ce ms., de toute façon attribution prudente) : http://jonas.irht.cnrs.fr/consulter/oeuvre/detail_oeuvre.php?oeuvre=21499
  • Le manuscrit de Bern est structuré de la manière suivante : Huitain / Titre (« R.F. » pour Roi de France sans doute) / Distique / Seizain (Le distique et le seizain sont agglutinés)
  • Le manuscrit BN fr 2335 est structuré de la manière suivante : Titre (Le Roy) / Distique / Huitain (Le distique et le huitain étant agglutinés)
  • le seizain est une pièce strophique mais construite bizarrement (3 strophes symétriques sur le même schéma de rimes ABBA et la reprise du vers d’amorce en strophes 2 et 3 + 1 strophe imparfaite pour finir – pas de reprise du v. 1-refrain et schéma AACA contre ABBA dans les 3 premières). Dans la dernière strophe, le vers liminaire n’est plus, comme dans les autres « Le bien est mal, quant il n’est poinct durable » mais « Tant, tant est trop, et trop n’est pas durable » (voir fiche TEI SG HT009, pièce copiée avec variantes dans les documents complémentaires + évocation dans la présentation).

Intertextualité

  • On retrouve l’incipit des 3 premières strophes « Le bien est mal, quant il n’est poinct durable » comme vers 6, à peine modifié, de la plupart des leçons de la pièce de Mellin de Saint-Gelais « L’heur ou malheur de vostre congnoissance » (voir fiche TEI HT009).
  • On trouve l’incipit de la strophe 4 « Tant, tant est trop, et trop n’est pas durable » comme incipit d’un cinquain anonyme du BN fr 2334 (f. 7 r°). Ce cinquain est d’ailleurs très semblable à la strophe 4 de notre seizain.
  • Or, on trouve ce même vers « Tant, tant est trop, et trop n’est pas durable » au début d’une des répliques de Paraclésis dans [La Comedie sur le trespas du Roy] de Marguerite de Navarre (avril ou mai 1547), à peu près au milieu de la pièce : https://archive.org/stream/lesdernirespo00marguoft#page/56/mode/2up/
  • Dans cette pièce de théâtre (à regarder de plus près) plusieurs reprises de vers de chansons (mode timbre). Dans la réplique qui précède immédiatement celle de Paraclesis qui commence « Tant, tant est trop, et trop n’est pas durable », une réplique en chœur commence « Tant ay d’ennuy et tant de desconfort » : or c’est l’incipit d’un rondeau anonyme  du Jardin de plaisance, f. 116 et le vers a déjà été repris par C. Marot dans la 2e complainte de l’AC, Defaux, T. 1 p. 99, v. 44-45.