Catégorie : Variantes et versions

« Pace non trovo, et non ho do far guerra » : une traduction anonyme d’un sonnet de Pétrarque

Au f. 99 v° du ms. BN fr 12489, copié dans les années 1530, se trouve une « espitre balladée » (sic) qui constitue une traduction, a priori inédite, du sonnet 134 du Canzoniere de Pétrarque (« Pace non trovo, et non ho do far guerra« ). Le texte du manuscrit ne comporte aucune ponctuation. Pour plus de clarté, nous la rétablissons dans notre transcription. Autre espitre Balladée Pays je ne treuve et n’ay dont faire guerre,                1 Dessus le ciel je volle et suys en terre, Je crains, et si j’espere, brusle et ardz, Et ung glaçon je suys...

Marguerite de Navarre, « Cruel desir nourry de trop d’honneur »

La pièce de Marguerite de Navarre “Cruel desir nourry de trop d’honneur” figure dans l’édition Richard Cooper (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, p. 461). L’unique source du XVIe siècle mentionnée est celle du ms. Arsenal 5112. La leçon du ms. B.N. fr 2334 est omise. Pourtant, le texte y figure, aux f. 16 r° et v°. Nous en notons ici la leçon.

Maurice Scève, de huitains en dizains (2)

Le ms. B.N. fr. 1700, daté c. 1537, contient deux pièces de Maurice Scève au f. 12 r° et v°. La première se présente comme un huitain, état préparatoire du dizain 248 de La Délie (1544). La seconde est le dizain 447 de ce même recueil, avec quelques variantes. Il ne semble pas que ces deux versions primitives des textes aient été jusqu’ici relevées et commentées. 

Maurice Scève, de huitains en dizains (1)

Dans le ms. B.N. fr 2334, f. 67 r° et v°, se trouvent deux huitains de Maurice Scève, « Vulquin jaloux reprochoit à sa femme » et « L’ardant desir du hault bien desirer » qui deviendront respectivement les dizains 83 et 82 de La Délie. Il est vraisemblable qu’il s’agisse de premiers états de ces textes.