Catégorie : Unité du poème

Légo poétique, dans le sillage de Marguerite de Navarre

Dans son édition de la poésie chrétienne et mondaine de la reine de Navarre, Richard Cooper publie un quatrain qui commence « Elle cognoit sans vous en dire rien » – présenté comme la réponse d’un auteur non identifié à une pièce de Marguerite – ainsi qu’un neuvain, « Ignorer veult d’un visage joyeulx », relégué dans le « Salon des refusés »  (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, respectivement p. 434 et 668). Or ces deux textes sont présentés comme une unique pièce dans le ms. B.N. fr 2334.

Marguerite de Navarre, « Pourrois je bien ma foible main contraindre »

La pièce de Marguerite de Navarre « Pourrois je bien ma foible main contraindre » figure dans l’édition Richard Cooper (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, p. 422-429). Les sources mentionnées (mss. Arsenal 5112, Rothschild 2965 et Chantilly 523) omettent le ms. B.N. fr 2334. Pourtant, le texte s’y trouve bien, aux f. 99 r° – 102 r°, avec des variantes inédites, pour certaines importantes, que nous ne notons pas ici pour l’instant. 

Maurice Scève, de huitains en dizains (2)

Le ms. B.N. fr. 1700, daté c. 1537, contient deux pièces de Maurice Scève au f. 12 r° et v°. La première se présente comme un huitain, état préparatoire du dizain 248 de La Délie (1544). La seconde est le dizain 447 de ce même recueil, avec quelques variantes. Il ne semble pas que ces deux versions primitives des textes aient été jusqu’ici relevées et commentées. 

Maurice Scève, de huitains en dizains (1)

Dans le ms. B.N. fr 2334, f. 67 r° et v°, se trouvent deux huitains de Maurice Scève, « Vulquin jaloux reprochoit à sa femme » et « L’ardant desir du hault bien desirer » qui deviendront respectivement les dizains 83 et 82 de La Délie. Il est vraisemblable qu’il s’agisse de premiers états de ces textes. 

Rémi Belleau mis en musique

Une des chansons de Rémi Belleau publiée dans le recueil de Chardavoine (Le recueil des plus belles et excellentes chansons en forme de voix de ville : tirées de divers autheurs et poëtes français, tant anciens que modernes…, Paris, Micard, 1576, f. 98r°-99v° – consultable sur Gallica – ; rééd. Micard/Locqueneux, 1588, f. 156r°-157v° – voir ici) est difficile à identifier car l’incipit de la mise en musique (« Baise moy ma douce amie ») diffère de celui du texte imprimé (« Douce et belle bouchelette », Bergerie, 1565).