Catégorie : Sources inédites

« Pace non trovo, et non ho do far guerra » : une traduction anonyme d’un sonnet de Pétrarque

Au f. 99 v° du ms. BN fr 12489, copié dans les années 1530, se trouve une « espitre balladée » (sic) qui constitue une traduction, a priori inédite, du sonnet 134 du Canzoniere de Pétrarque (« Pace non trovo, et non ho do far guerra« ). Le texte du manuscrit ne comporte aucune ponctuation. Pour plus de clarté, nous la rétablissons dans notre transcription. Autre espitre Balladée Pays je ne treuve et n’ay dont faire guerre,                1 Dessus le ciel je volle et suys en terre, Je crains, et si j’espere, brusle et ardz, Et ung glaçon je suys...

De quelques attributions dans le ms. Brantôme (B.N. NAF 11688)

Le B.N. NAF 11688 est un recueil de poésie. Il contient des pièces de Brantôme mais aussi des textes d’autres poètes qui sont rarement identifiés dans le manuscrit. Etienne Vaucheret, qui a édité ce codex (Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, éd. Etienne Vaucheret, Paris, Nrf-Gallimard, La Pléiade, 1991), donne les attributions qu’il a pu reconstituer. Jean Brunel en a proposé une supplémentaire dans le compte-rendu qu’il a donné de cette édition (RHLF, 93e année, n° 2, 1993, p. 249-251). Nous en ajoutons ici quelques-unes.

Marguerite de Navarre, « Cruel desir nourry de trop d’honneur »

La pièce de Marguerite de Navarre “Cruel desir nourry de trop d’honneur” figure dans l’édition Richard Cooper (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, p. 461). L’unique source du XVIe siècle mentionnée est celle du ms. Arsenal 5112. La leçon du ms. B.N. fr 2334 est omise. Pourtant, le texte y figure, aux f. 16 r° et v°. Nous en notons ici la leçon.

Marguerite de Navarre, « Pourrois je bien ma foible main contraindre »

La pièce de Marguerite de Navarre « Pourrois je bien ma foible main contraindre » figure dans l’édition Richard Cooper (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, p. 422-429). Les sources mentionnées (mss. Arsenal 5112, Rothschild 2965 et Chantilly 523) omettent le ms. B.N. fr 2334. Pourtant, le texte s’y trouve bien, aux f. 99 r° – 102 r°, avec des variantes inédites, pour certaines importantes, que nous ne notons pas ici pour l’instant.