Catégorie : Identifications et attributions

« Pace non trovo, et non ho do far guerra » : une traduction anonyme d’un sonnet de Pétrarque

Au f. 99 v° du ms. BN fr 12489, copié dans les années 1530, se trouve une « espitre balladée » (sic) qui constitue une traduction, a priori inédite, du sonnet 134 du Canzoniere de Pétrarque (« Pace non trovo, et non ho do far guerra« ). Le texte du manuscrit ne comporte aucune ponctuation. Pour plus de clarté, nous la rétablissons dans notre transcription. Autre espitre Balladée Pays je ne treuve et n’ay dont faire guerre,                1 Dessus le ciel je volle et suys en terre, Je crains, et si j’espere, brusle et ardz, Et ung glaçon je suys...

De quelques attributions dans le ms. Brantôme (B.N. NAF 11688)

Le B.N. NAF 11688 est un recueil de poésie. Il contient des pièces de Brantôme mais aussi des textes d’autres poètes qui sont rarement identifiés dans le manuscrit. Etienne Vaucheret, qui a édité ce codex (Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, éd. Etienne Vaucheret, Paris, Nrf-Gallimard, La Pléiade, 1991), donne les attributions qu’il a pu reconstituer. Jean Brunel en a proposé une supplémentaire dans le compte-rendu qu’il a donné de cette édition (RHLF, 93e année, n° 2, 1993, p. 249-251). Nous en ajoutons ici quelques-unes.

Emprunt à Ronsard dans une chanson de Chardavoine

Une des chansons du recueil de Chardavoine (Le recueil des plus belles et excellentes chansons en forme de voix de ville : tirées de divers autheurs et poëtes français, tant anciens que modernes, Paris, Micard, 1576, f. 180 r°-181 v° – consultable sur Gallica – ; rééd. Micard/Locqueneux, 1588 – voir ici) commence par « Depuis le jour que l’homicide traict / Dedans mon cœur engrava ton pourtraict ». Ces vers, légèrement modifiés, sont empruntés au premier quatrain du sonnet 88 des Amours de 1552 tel qu’il paraît dans les recueils imprimés de Ronsard jusqu’en 1578 (Ronsard, Les Amours (1552). Œuvres complètes, éd. Laumonier, t. IV, Paris, STFM, 1992 (1925), p. 88) :

Légo poétique, dans le sillage de Marguerite de Navarre

Dans son édition de la poésie chrétienne et mondaine de la reine de Navarre, Richard Cooper publie un quatrain qui commence « Elle cognoit sans vous en dire rien » – présenté comme la réponse d’un auteur non identifié à une pièce de Marguerite – ainsi qu’un neuvain, « Ignorer veult d’un visage joyeulx », relégué dans le « Salon des refusés »  (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, respectivement p. 434 et 668). Or ces deux textes sont présentés comme une unique pièce dans le ms. B.N. fr 2334.

Rémi Belleau mis en musique

Une des chansons de Rémi Belleau publiée dans le recueil de Chardavoine (Le recueil des plus belles et excellentes chansons en forme de voix de ville : tirées de divers autheurs et poëtes français, tant anciens que modernes…, Paris, Micard, 1576, f. 98r°-99v° – consultable sur Gallica – ; rééd. Micard/Locqueneux, 1588, f. 156r°-157v° – voir ici) est difficile à identifier car l’incipit de la mise en musique (« Baise moy ma douce amie ») diffère de celui du texte imprimé (« Douce et belle bouchelette », Bergerie, 1565).