Légo poétique, dans le sillage de Marguerite de Navarre

Dans son édition de la poésie chrétienne et mondaine de la reine de Navarre, Richard Cooper publie un quatrain qui commence « Elle cognoit sans vous en dire rien » – présenté comme la réponse d’un auteur non identifié à une pièce de Marguerite – ainsi qu’un neuvain, « Ignorer veult d’un visage joyeulx », relégué dans le « Salon des refusés »  (Œuvres complètes, t. VIII, Paris, Champion, 2007, respectivement p. 434 et 668). Or ces deux textes sont présentés comme une unique pièce dans le ms. B.N. fr 2334.

Ces vers, qui se suivent (f. 29 r°) dans l’unique source que Richard Cooper exploite – c’est-à-dire le ms. B.N. fr 883, bien postérieur à la mort de la reine puisqu’il commence par exemple par un éloge de Charles IX –  posent problème à l’éditeur moderne.

  • D’abord, le quatrain est lié dans cette source au onzain « Je tiens heureux l’oeil qui peult regarder », formant avec lui un quinzain. Mais Cooper considère qu’il ne peut s’agir d’une pièce unique de Marguerite de Navarre. Il pense en outre que, si le quatrain répond à un poème de la reine, cela devrait plutôt être au dizain « Pourquoy ne dict la bouche en piteux terme ». Il prend donc le parti, même s’il ne trouve cette configuration dans aucun ms., de placer le quatrain après ce dizain.
  • Le neuvain, quant à lui, comporte un vers faux. Même si la pièce se trouve dans une section consacrée aux vers de la reine de Navarre (et donc les précédentes aussi), Cooper décide de ne pas le retenir.

La présence de ces poèmes, présentés d’un bloc dans le ms. B.N. fr 2334

  • qui est copié dans la première moitié du XVIe siècle (pour une description, voir ici),
  • dans une version plus satisfaisante,
  • et juste avant une autre pièce de Marguerite de Navarre,

pourrait engager à reconsidérer la question de l’unité de la ou des pièce(s), comme celle de l’attribution.

Textes

Les différences entre la leçon du B.N. fr 2334 et celle présentée dans l’édition Cooper sont soulignées. La ponctuation est introduite dans le texte du ms., qui n’en comporte aucune. Dans celui de l’imprimé, les mentions entre crochets signalent l’intervention de l’éditeur sur son texte de base.

B.N. fr 2334 Textes de l’édition Cooper (4+9)

Elle congnoist sans vous en dire rien
Tout vostre amour que monstrez par les yeulx.
S’il luy plaisoit elle respondroit bien :
Son taire doncq n’est que pour vostre mieulx.

Ignorer veult d’un visaige joieulx
Ce que monstrez par triste contenance
Pour convertir du tout en oubliance
Vostre desir, qui faict passer plus oultre
L’oeil qu’il ne doibt, declarant ce qu’il pense :
Au mal secret, secrete recompense.
Fauldra,
disant pour vous la pastenostre,
En priant dieu changer par sa puissance
Cest amour faulx en celuy de l’apostre.

Elle cognoit sans vous en dire rien,
Tant par cueur qui parle [que] par les yeulx.
S’il luy plaisoit elle respondroit [bien] :
Son taire donc n’est que pour vostre mieulx.
Ignorer veult d’un visage joyeulx
Ce que monstrer par triste contenance
Pour convertir du tout en oblyance
Vostre desir, qui faict passer plus oultre
L’oeil qui ne doybt declair[er] ce qu’il pence.
O mal secrette recompance [sic]
Fera disant pour vous la patenostre,
En priant dieu changer par sa puissance
Cest amour faulx au zelle de l’ap[o]stre.

Notons qu’au vers 3, la leçon du ms. B.N. fr 2334 corrobore ce qu’avait reconstitué Cooper, pour combler un manque de sa source.


Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Légo poétique, dans le sillage de Marguerite de Navarre », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 17 mai 2015, [En ligne] http://notules16.hypotheses.org/91.