« Pace non trovo, et non ho do far guerra » : une traduction anonyme d’un sonnet de Pétrarque

Au f. 99 v° du ms. BN fr 12489, copié dans les années 1530, se trouve une « espitre balladée » (sic) qui constitue une traduction, a priori inédite, du sonnet 134 du Canzoniere de Pétrarque (« Pace non trovo, et non ho do far guerra« ).
Le texte du manuscrit ne comporte aucune ponctuation. Pour plus de clarté, nous la rétablissons dans notre transcription.

s134Autre espitre Balladée

Pays je ne treuve et n’ay dont faire guerre,                1
Dessus le ciel je volle et suys en terre,
Je crains, et si j’espere, brusle et ardz,
Et ung glaçon je suys en toutes pars.                           4
Je n’estrains riens et tout le monde embrasse,
Tel me detient en prison quelque espace,
Lequel ne m’ouvre et ne serre ung seul point,
Et me convient que demeure en ce point,                   8
Et ne deslie aussi les las qu’il tend,
Me tient lassé, et amour non pourtant
Ne m’occit point, et si ne me desferre,
Vif ne me veult et sy n’oste et deslesse                         12
D’empeschement. Je voys assez sans yeulx,
Langue je n’ay, et crie en divers lieux.
Ardant je suys de perir et cherche ayde,
Moymesmes j’ay en grant hayne, ce cuyde,                 16
Et ayme aultruy, et me pais de doulleur.
Souvent je ris, me plaignant et en pleur,
Esgallement me plaist la vie et mort,
Ainsi pour vous suys, dame, sans confort.                  20

Finis

Pour consulter la fiche de cette pièce dans la base de données Jonas, voir ici.

Le sonnet 134 de Pétrarque, que l’on peut par exemple lire dans l’édition du Canzoniere, éd. P. Blanc, Paris, Classiques Garnier, 2004, p. 266-267, a connu plusieurs traductions françaises à la Renaissance, comme le signale en particulier Jean-Paul Barbier-Mueller dans Ma Bibliothèque poétique, Genève, Droz,  t. 4, 1994, p. 62. On peut par exemple citer celles-ci :

  • un dizain anonyme qui commence « Ne trouvant paix homme ne me faict guerre » et qui est intitulé « Dixain de Petrarque » dans Le petit œuvre d’amour et gaige d’amytié, Paris, Jean Longis et Jean Barbedorge, 1537 (cité par Cécile Alduy, « Scève et Pétrarque » dans Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, dir. J. Balsamo, Genève, Droz, p. 164 ; texte retranscrit dans Marie de Romieu, Les premières œuvres poétiques, éd. André Winandy, Genève, Droz, 1972, p. 158).
  • Jacques Peletier du Mans, « Paix je ne trouve et n’ay dont faire guerre », sonnet 105, Œuvres poetiques, Paris, Michel Vascosan et Gilles Corrozet, 1547, f. 56 v°.
  • Olivier de Magny, « Je cherche Paix, et ne trouve que Guerre », sonnet 10, Les Amours, Paris, Etienne Groulleau et Vincent Sertenas, 1553, f. 3 v°.
  • Étienne Du Tronchet, « Trouver paix je ne puis, et ne puis faire guerre », sonnet 54, Lettres amoureuses… avec septante sonnets traduits du divin Petrarque, Paris, Lucas Breyer, 1575 (réed. Lyon, Paul Frelon et Abraham Cloquemain, 1594, p. 277).
  • Bussely de Lenoncourt, « Paix je ne trouve et n’ay dont faire guerre », sonnet publié dans Toutes les œuvres vulgaires de Francoys Petrarque… données par Vasquin Philieul, Avignon, Barthélemy Bonhomme, 1555, p. 54-55.
  • Jean-Antoine de Baïf, « Paix je ne trouve et la quiers : et la guerre je fuis qui me poursuit », Chansonnettes mesurées, III, 37 (ms. BN fr 19140, après 1573, f. 365 r° et v° ; pour une transcription respectant les caractères mis au point par Baïf, sur le site d’Olivier Bettens : voir ici).
  • Clovis Hesteau, « Je ne puis trouver paix et n’ay où faire guerre », sonnet 21, Les Œuvres poetiques, Livre second, Paris, Abel L’Angelier, 1578, f. 38 r°.
  • Marie de Romieu, « Imitation d’un sonnet de Petrarque » (qui commence : « Paix je ne treuve, et ne puis faire guerre »), Les premières œuvres poétiques, Paris, Lucas Breyer, 1581 (éd. moderne par André Winandy, Genève, Droz, 1972), f. 41 v°.

Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « « Pace non trovo, et non ho do far guerra » : une traduction anonyme d’un sonnet de Pétrarque », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 25 janvier 2017, [En ligne] http://notules16.hypotheses.org/198.