D’un proverbe employé par Hubert-Philippe de Villiers (1556)

Au f. C5 r° des Lettres Amoureuses de Messer Girolam Parabosque, avec quelques autres ajoutées de nouveau à la fin : reduites de l’Italien en notre vulgaire Françoys, par Hubert Philippe de Villiers, on relève l’expression « DEBANDER l’arc ne guerit pas la plaie ». Cette maxime, mise en valeur dans l’édition anversoise de 1556 par l’usage des lettres capitales, est la traduction française du concetto du sonnet XC de Pétrarque : « Piagha per allentar d’arco non sana » qui avait déjà servi de devise à René, roi de Sicile et duc d’Anjou (1409-1480) sous la forme « Arco per lentate piaga non sana« . La traduction proposée dans l’ouvrage de 1556 n’est cependant pas due à Villiers lui-même. Elle fut au centre d’un jeu poétique de la « Génération Marot » dont témoignent quatre pièces produites entre 1531 et 1547.

  • L’une, a priori la première (c. 1531), est de Marot (Clément Marot, Œuvres poétiques, t. I, éd. Defaux, Paris, Garnier, 1990, p. 359 [texte] et 770 [note]), qui précise que le refrain « Desbender l’Arc ne guerist point la Playe » lui a été donné par le roi François Ier (« Chant royal dont le roy bailla le refrain »).
  • On trouve ce même refrain dans un Chant royal des Fleurs de Poesie Françoyse (1534) que Defaux attribue à Mellin de Saint-Gelais mais qui pourrait être de n’importe lequel des poètes de cour du temps (voir Les Fleurs de Poesie Françoyse. Hécatomphile, éd. Defaux, Paris, STFM, 2002 p. 60-62  [texte] et 166-169 [note]).
  • On relève le vers « Desbender l’arc ne guerist pas la playe » chez Salel (Hugues Salel, Œuvres poétiques complètes, éd. Kalwies, Genève, Droz, 1987, p. 296) dans un poème publié la première fois en 1539.
  • La formule connaît une légère variation chez Scève : « L’arc desbendé ne guerit pas la playe »(Maurice Scève, « Saulsaye » (1547), Œuvres complètes, éd. Quignard, Paris, Mercure de France, 1974, p. 395, v. 476).

L’hypothèse d’un clin d’œil à cette tradition poétique de la génération précédente n’est pas à exclure, dans la mesure où Philippe-Hubert de Villiers avait inséré une odelette dans les Ruisseaux de Charles Fontaine, publiés à Lyon en 1555 (p. 330-332). Comme son ami Fontaine, peut-être rencontré dans les ateliers d’imprimeurs lyonnais qu’ils fréquentaient tous deux*, il semble avoir concilié influences marotique et ronsardienne (le genre de l’odelette étant pour sa part clairement inspiré par les nouveautés de la jeune génération).

[*Tous les livres de Villiers ont été publiés à Lyon, y compris celui-ci, qui connaît une édition chez Pesnot, également en 1556.]

Sur le même sujet, voir aussi cet article de Jean Balsamo.


Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « D’un proverbe employé par Hubert-Philippe de Villiers (1556) », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 16 janvier 2016, [En ligne] http://notules16.hypotheses.org/150.