De quelques attributions dans le ms. Brantôme (B.N. NAF 11688)

Le B.N. NAF 11688 est un recueil de poésie. Il contient des pièces de Brantôme mais aussi des textes d’autres poètes qui sont rarement identifiés dans le manuscrit. Etienne Vaucheret, qui a édité ce codex (Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, éd. Etienne Vaucheret, Paris, Nrf-Gallimard, La Pléiade, 1991), donne les attributions qu’il a pu reconstituer. Jean Brunel en a proposé une supplémentaire dans le compte-rendu qu’il a donné de cette édition (RHLF, 93e année, n° 2, 1993, p. 249-251). Nous en ajoutons ici quelques-unes.

Notons qu’outre les pièces mentionnées dans la présente notule, le ms. contient également 15 poèmes de Mellin de Saint-Gelais que n’a pas reconnus Vaucheret : ils font l’objet d’un article spécifique sur le site Demêler Mellin de Saint-Gelais et nous ne les reproduisons donc pas ici.

Le tableau ci-dessous recense les pièces concernées, dans l’ordre de leur première apparition dans le manuscrit (colonne 1), l’auteur identifié (2), la source de cette identification (3) et la référence de la pièce dans l’édition Vaucheret (4).

Incipit Auteur Source de l’identification Vaucheret
Si j’ay perdu tant de vers sur ma lyre La Boétie Œ. comp., éd. Desgraves-Bonnefon, t. II, p. 114. p. 730
Puisque les yeux qui tout mon bonheur portent La Péruse La Médée…, 1555, p. 79. p. 735
De qui plustost maintenant me doit plaindre Chappuys Poésies intimes, éd. Best, p. 187. p. 747
Las, mes amys, oyez ma plainte Taillemont Discours des chants faëz, éd. Arnould, p. 196. p. 752
Celuy qui gist icy, mourut pour la beauté Ronsard Œ. comp., éd. Laumonier, t. XII, p. 238 (v. 173-176). p. 792
Comme on ne peut d’œil constant soustenir Du Bellay L’Olive, s. 6 (1549 et 1550), éd. Chamard, p. 31. p. 845

 


Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « De quelques attributions dans le ms. Brantôme (B.N. NAF 11688) », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 10 août 2015, [En ligne] http://notules16.hypotheses.org/132.