Emprunt à Ronsard dans une chanson de Chardavoine

Une des chansons du recueil de Chardavoine (Le recueil des plus belles et excellentes chansons en forme de voix de ville : tirées de divers autheurs et poëtes français, tant anciens que modernes, Paris, Micard, 1576, f. 180 r°-181 v° – consultable sur Gallica – ; rééd. Micard/Locqueneux, 1588 – voir ici) commence par « Depuis le jour que l’homicide traict / Dedans mon cœur engrava ton pourtraict ». Ces vers, légèrement modifiés, sont empruntés au premier quatrain du sonnet 88 des Amours de 1552 tel qu’il paraît dans les recueils imprimés de Ronsard jusqu’en 1578 (Ronsard, Les Amours (1552). Œuvres complètes, éd. Laumonier, t. IV, Paris, STFM, 1992 (1925), p. 88) :

Bien que six ans soyent ja coulez derriere,
Depuis le jour, que l’homicide trait
Au fond du cuœur m’engrava le portrait
D’une humblefiere, et fierehumble guerriere,

La suite de la chanson, composée de cinq huitains et d’un quatrain final, est en revanche totalement différente du sonnet. On remarque cependant qu’elle vient dans le recueil immédiatement après une autre pièce de Ronsard, « Quand ce beau printemps je voy » (Les trois livres du Recueil des nouvelles poesies, 1563-1564, voir Laumonier, t. XII, p. 163-170).

Notons enfin que le texte publié par Chardavoine figure également dans le recueil Walcourt (Recueil et eslite de plusieurs belles chansons, Anvers, Waesberg, 1576, f. 67 v°-68 v°)  : il y est précédé de « Plus tu cognois que je brusle pour toy » (Laumonier, t. VII, p. 288) et suivi de « Hier au soir que je pris maugré toy » (Laumonier, t. VII, p. 287-288) ainsi que de « Veu que tu es plus blanche que le lis » (Laumonier, t. VII, p. 251-252), trois pièces de Ronsard tirées de la Nouvelle Continuation des Amours, 1556.


Pour citer cette note : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Emprunt à Ronsard dans une chanson de Chardavoine », Notules XVI, Carnet de recherche Hypothèses, 9 août 2015, [En ligne] http://notules16.hypotheses.org/121.